yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Samedi 21 octobre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Firewind - Havana Café à Ramonville (13-11-2008)
avec Worselder, Rock N’ Roll Rebels, Kiuas et Dyslesia
par Olga

Pour sa première tournée Française en tête d’affiche, Firewind a eu la bonne idée de poser ses flight cases à Toulouse pour promouvoir son dernier album "The Premonition". Le Havana Café ouvre ses portes très tôt pour l’occasion vu que quatre groupes ouvrent pour les Grecs. Le timing est serré, c’est pourquoi tous ces groupes joueront sur la même batterie pour un gain de temps évident.

Worselder se produit dans une salle peu remplie mais cela n’est pas imputable à l’heure de passage, l’affluence sera restreinte même pour la tête d’affiche. Le Metal progressif des Ariégeois ne nous laissera pas un souvenir impérissable car malgré des morceaux qui se tiennent, leur prestation est un peu trop timide. Le groupe est tout de même carré et leur set d’une demi-heure se passera sans accrocs mais sans véritables temps forts non plus.

Même pas le temps de se siffler une bière que les Rock N’ Roll Rebels emmenés par Eric Forrest (E-Force, ex-Voïvod) déboulent sur scène. Le trio de reprises de légendes du heavy metal est loin d’avoir convaincu le public qui reste assez amorphe. Il faut dire que tout ça n’est pas super carré et sent l’hésitation. Il semblerait que les musiciens aient eu des problèmes de retours car on ne les sentait pas des plus détendus. La reprise du "Burn" de Deep Purple sonnera même très molle. Un comble pour cet hymne si propice à mettre le feu aux poudres. C’est bien simple il n’y aura que sur "Ace Of Spade" (Mötorhead) que l’on sentira la meilleure osmose et efficacité. Dommage, ce titre fut le dernier d’un set très court.

Kiuas accompagne Firewind sur toute la tournée européenne et va donner un coup de boost à la soirée grâce à un bon set bien rentre-dedans. Les Finlandais qui ressemblent plus à des deatheux qu’autre chose proposent un mix de power metal s’acoquinant avec des passages plus foncièrement Thrash (voire extrême) bienvenus. Alors que les claviers apportent une touche épique agréable, les refrains en voix claire affilient Kiuas au genre power metal. Un mélange très intéressant pour un concert très plaisant. On aurait juste aimé que les Finlandais puissent jouir de tout l’espace offert par la scène car la disposition des musiciens (assez ramassés sur le côté droit) a un peu pénalisé l’occupation de l’espace et donc l’impact scénique. Ceci étant nous avons fait connaissance avec un groupe très intéressant. Une bonne découverte à suivre.

Les réjouissances continuent avec les frenchies de Dyslesia qui distillent la musique la plus proche de la tête d’affiche ce soir. Les lyonnais évoluent dans un power metal plutôt porté sur les mid-tempi dont l’énergie en live fait mouche auprès des fans de Firewind. Ce n’est pas pour rien que Dyslesia a déjà ouvert pour des pointures du genre (Symphony X, Stratovarius, Shaman, Rhapsody, etc.) : son set est parfaitement rôdé et offre une belle mise en jambe avant l’headliner. Par contre niveau originalité on repassera. Bon concert quoiqu’il en soit.

Le changement de plateau sera cette fois un peu plus long que jusqu’à lors et pourtant lorsque le groupe déboule sur scène, Gus G. n’a tout simplement pas de son ! Voilà qui la fout mal pour un groupe dont la notoriété est grandement due à la virtuosité de son guitariste. Ce problème nous a aura permit de nous rendre compte que la guitare de son acolyte Bob Katsionis est vraiment sous-mixée et pour cause : ce dernier assure aussi les claviers... "Into The Fire" est donc joué sans guitare lead avant que le guitariste se refasse enfin entendre au moment du solo. Ouf ! Heureusement, hormis cet incident technique, le son sera par la suite des plus fluides. Voilà une bonne chose pour apprécier à leur juste valeur les morceaux de "The Premonition" qui sont présents en nombre ce soir. Le groupe est visiblement très fier de son dernier opus au point d’en interpréter la quasi intégralité. On ne s’en plaindra pas car ces titres catchy au possible sont des plus efficaces en concert. Ainsi Apollo Papathanasio (chant) n’aura aucun mal à faire chanter les spectateurs ou à les faire taper dans leurs mains. Qui plus est la performance scénique des grecs est irréprochable sur le point de vue technique comme de l’énergie déployée. Emmenée par un frontman des plus sympathiques, la formation hellénique nous propose un show enjoué qui fait plaisir à voir. Même Gus G., malgré une apparente arrogance, se montre au final chaleureux envers un public épars mais accueillant au point d’en faire même un peu trop avec des "je vous aime" trop nombreux pour être totalement sincère. Au bout d’1h20 de titres tous plus accrocheurs les uns que les autres et un solo de batterie totalement inutile, Firewind revient sur scène en interprétant sa reprise de "Maniac" (BO de "Flashdance"). Quoiqu’assez prévisible, cette reprise est plutôt superflue vu la quantité de bons titres dont dispose Firewind…

Peu importe, le public en a eu pour son argent avec une affiche ressemblant plus à un festival qu’à un concert normal mais aussi et surtout un Firewind en grande forme qui confirme ici ses exploits discographique. On s’attendait à du power metal de haut rang et bien on a été servi ! Chapeau messieurs !

Merci à Laure du Havana Café


Plus d'infos sur: www.myspace.com/firewind

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir) - Crédits Photos: Olga

Firewind - cliquez pour agrandirFirewind - cliquez pour agrandirFirewind - cliquez pour agrandirFirewind - cliquez pour agrandirFirewind - cliquez pour agrandir

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail