yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Vendredi 28 avril 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Trust au Garorock - Parc des expositions à Marmande (06-04-2007)
par Olga

En ce premier soir du festival Garorock de Marmande, nombreux sont les quadragénaires (et même les quinquagénaires) venus se fondre dans la masse des d'jeuns festivaliers pour voir la légende française : Trust ! Que celui qui n'a jamais eu envie de se replonger dans les meilleurs moments du groupe ("Antisocial", les premières parties d'AC/DC etc.) me jette la première pierre. Malgré un retour en demi teinte qui ne fait pas l'unanimité (loin de là), c'est avec plaisir que nous nous rendons sur la Grande Scène pour voir la bande à Bernie…

D'entrée de jeu, Trust entame son gig avec "Le Mitard". Un choix étonnant, car ce titre – très bon de surcroît – est assez lent et on aurait pu espérer une entrée un peu plus fracassante. Quoiqu'il en soit Bernie (avec un t-shirt à l'effigie de Lutte Ouvrière) et sa bande semblent être contents d'être là et distillent à merveille leur musique. Le groupe tourne bien, le son est bon mais au fil du set l'ambiance retombe doucement mais inexorablement. Ce n'est pas tant les compositions ou le choix de la set list qui est mis en cause mais plutôt le fait que Trust n'est plus aussi spontané que par le passé. Nono et Vivi maîtrisent à merveille leurs six-cordes mais on sent que l'alchimie entre les membres du groupe n'est qu'une façade. Il n'y a plus ce côté acéré et agressif qui a fait la réputation de Trust. De son côté, Bernie semble vouloir calmer les tempi car les morceaux d'antan son interprétés de manière plus lente que par le passé. Certes, on ne peut pas blâmer un groupe de tenter de nouvelles approches (je respecte notamment l'arrivée d'un DJ au sein du combo même si je reste circonspect…) mais bon, pourquoi s'entêter dans une telle démarche alors que la grande majorité du public et des fans ne suit pas ?
Qu'importe, Trust continue sur sa lancée et nous sort pas mal de morceaux comme "Palace" ou "Sarkoland" qui ne sont pas du même acabit. En effet, si "Palace" tient encore la route, on ne peut pas en dire autant du nouveau morceau démago et convenu. Qui plus est, Bernie en véritable VRP du "'faut aller voter, passke c'est important" n'arrêtera pas de nous asséner un pseudo discours politique lourdaud à souhait. C'est sûr qu'il a raison et qu'il faut aller voter mais on n'est pas non plus des débiles et ça ne sert à rien de nous répéter la même chose pendant 10 minutes ! Une partie du public décidera d'ailleurs d'aller voir ce qui se passe sur les autres scènes et de revenir plus tard pour "Antisocial"…ça en dit long sur le pouvoir du discours à capter l'audience.

Pourtant, on sent que Trust peut arriver à mettre le feu quand on réentend les brûlots de l'époque comme "Préfabriqué", "L'Elite", "On Lèche, On Lâche, On Lynche"…) qui font mouche. Mais au lieu de continuer sur sa lancée, le groupe casse la dynamique et part dans un trip rock/electro avec la mise en avant du nouveau venu dans le groupe, DJ machin truc. Pour certains fans de la première heure (quadras et quinquas) ç'en est trop…! Beaucoup quittent la salle en ayant pour dernière image un Bernie entrain de danser en imitant la gestuelle d'un scratcheur fou ("dire que je me suis tapé autant de kilomètres pour voir…ça !" nous dira un vieux fan visiblement énervé…). Et comme pour enfoncer le clou, Trust nous servira un morceau acoustique d'une lenteur effroyable. Le public scandera d'ailleurs des "An-ti-so-cial", "An-ti-so-cial", "An-ti-so-cial", "An-ti-so-cial" durant l'intro de la composition…mais non, rien n'y fera. Bernie décidera même de se coucher sur la scène, appuyé à un retour pour écouter paisiblement Nono et Vivi jouer ce titre acoustique. Vous auriez imaginé une telle image de Trust dans les 70's/80's, vous ? Pas moi…
Comme s'il fallait en rajouter une couche, Bernie croira bon de présenter tous les musiciens du groupe et de finir par le DJ…qui sera copieusement sifflé à la manière d'un arbitre ayant désigné le point de penalty à la 89e minute d'une finale d'un match de coupe du monde contre la France…
Au bout d'une heure et demie d'un concert en demi teinte où s'est s'enchaîné le très bon et le pas bon du tout, Trust termine par son hymne, "Antisocial" qui fera bouger la foule et rameuter tous ceux qui étaient partis voir les scènes environnantes. C'est sur ce titre que Trust fera l'unanimité. C'est légitime, certes…mais un peu léger pour un groupe de cette envergure.

A la fin du set de Trust, on a comme un sentiment bizarre. Un sentiment de joie d'avoir vu un tel mythe français puis d'avoir headbanguer sur les brûlots d'antan et un sentiment amer d'un concert mou du genou, très démago (à la limite du lourdaud) et de voir un groupe sans âme. Certes, certains titres ont sauvé les meubles dont le fameux "Antisocial", mais force est de constater que Trust n'est plus le Trust qu'on a tous connu (cru connaître ?). A partir de là, on peut se poser pas mal de questions : est ce que le groupe n'a pas été surestimé au fil des années ? Est-ce que Trust n'a qu'"Antisocial" pour se crédibiliser ? Où est passée l'âme du groupe… ? Y'en a-t-il déjà eu une…? Pourquoi une telle reformation ?
D'un autre côté, les plus jeunes qui ne connaissent Trust que par "Antisocial", n'ont pas eu cette impression de groupe sans âme et se sont éclatés comme des malades. Trust, c'est comme pour le père noël : quand on y croit tout est merveilleux mais quand on nous dit que c'est un déguisement, c'est un monde qui s'écroule…
Profitez les d'jeuns, car dure sera la chute !


Un grand merci à toute l'orga du Garorock et Emilie de Première Pression

Plus d'infos sur: www.trust.tm.fr

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir) - Crédits Photos: Olga

Trust au Garorock - cliquez pour agrandirTrust au Garorock - cliquez pour agrandirTrust au Garorock - cliquez pour agrandirTrust au Garorock - cliquez pour agrandir

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail