yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Samedi 29 avril 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Stray Cats - Le Phare à Ramonville (06-09-2008)
avec Hot Rod Lincoln
par Olga

Après pas loin de 30 ans de bons et loyaux services à la cause du rockab' et du rock n' roll, les Stray Cats décident de mettre fin à leur aventure avec une énorme tournée d'adieu. C'est sûr, avec la carrière solo de Brian Setzer depuis des années (The Brian Setzer Orchestra…), aucun nouvel album depuis 1993 et les projets parallèles des membres du groupe (notamment The Head Cat avec Slim Jim Phantom et Lemmy), la fin des Stray Cats n'a rien de surprenante mais un concert des Cats est toujours un évènement attendu.
Les récentes déclarations du Setz' au journal Libé dans lesquelles il affiche clairement son ras le bol des concerts/avions/hôtels et le gig parisien de la veille rapidement arrêté à cause d'un "fan" qui lui a jeté un cran d'arrêt pourrait nous faire craindre le pire (qui plus est, il avait déjà reçu un boulon en plein visage à Paris dans les 80's…)
Cependant, en ce soir du 6 septembre, la salle du Phare est comble et les spectateurs de tous poils (rockab', punks, pin-ups, rockers, bikers, jeunes, vieux, très jeunes, très vieux…) sont venus en nombre pour saluer une dernière fois l'immense carrière des Stray Cats.

Mais pour l'heure ce sont les Hot Rod Lincoln qui foulent les premiers les planches du Phare. Evoluant dans une sorte de neo-rockab' avec quelque touches de country rock, le trio US va nous servir une musique agréable et accrocheuse. Même si le groupe n'est pas véritablement transcendant, force est de constater que les bougres connaissent leur affaire et n'ont pas de mal à chauffer la salle. Le guitariste/chanteur Buzz Campbell va d'ailleurs montrer l'étendue de son talent en nous distillant quelques plans bien sentis ("Runaway Girl").
Après seulement une petite quarantaine de minutes, Hot Rod Lincoln s'en ira sous les applaudissements polis du public pour laisser sa place aux héros de ce soir…

Après un rapide changement de plateau et l'arrivée du backdrop lumineux des Stray Cats (qui fait penser à la fête foraine de Lavaur, selon certains…), le trio prend vite place sur scène pour nous balancer un "Rumble In Brighton" de derrière les fagots. Dès les premières notes Brian Setzer ne semble pas très à l'aise l'inverse de ses deux compères visiblement contents d'être là et d'un Slim Jim Phantom bondissant. Mais qu'à cela ne tienne, l'engouement du public et la dynamique mise en place par les américains, va vite nous montrer un Brian des grands jours. En effet, l'homme va se donner à fond au fil du set et nous donner une véritable leçon de gratte ("Double Talking Baby", "Lust n' Love", "Stray Cats Strut" etc.) et faire véritablement corps avec sa Grestch. Qui plus est, le Setz' se permettra de nous gratifier de petits gimmicks et impros entre les morceaux jusqu'à un "Unchained Melody" chanté en français (avec même quelques petits ratés dans ses accords…).
De son côté, Slim Jim Phantom amuse la galerie de part, ses rictus ses grimaces et son jeu épuré au possible mais d'une redoutable efficacité. L'homme reste toujours en forme (et garde la ligne comme nous le fera remarquer Brian Setzer) après toutes ces années et semble s'amuser comme un véritable gamin puisqu'il n'arrêtera pas de sauter dans tous les sens.
Plus effacé mais tout aussi efficace, Lee Rocker nous gratifiera d'une prestation superbe à la contrebasse et se permettra même un petit solo du plus bel acabit ("Runaway Boys"). Le contrebassiste nous montrera entre deux morceaux sa collection d'objets souvenir acheté pendant la tournée (une choppe à Munich, une tour Eiffel à Paris…) avant de nous rentrer dans le vif du sujet avec l'excellent "Fishnet Stockings".
Même si les Stray Cats sont rôdés à la scène depuis belle lurette, l'énergie et la sincérité qui s'en dégage est véritablement communicatrice. L'alchimie des musiciens et belle et bien réelle et ça, ça fait plaisir. Le public est réceptif à cette ambiance et n'hésite pas à reprendre en choeur les brûlots des Cats ("Sweet Gene Vincent", "Cry Baby", "Rock This Town", "Sexy +17"). Et ce, même si l'ambiance était un peu plus tempérée au tout début du show.
Après un "Rock This Town" endiablé dans lequel le Setz' va nous faire une véritable démonstration avec sa Gretsch, le groupe quittera la scène sous des acclamations fournies pour ensuite nous gratifier de 2 rappels de 2 morceaux chacun ("I Fought The Law", "Built For Speed", "Rev It Up & Go" et "Please Don't Touch").
Une grosse claque.

En définitive, les américains ont signé ici un concert de haute volée d'une heure et demie - même si on aurait préféré qu'il soit un peu plus long - et ont encore une fois démontré qu'ils ont la mainmise sur le rockab' depuis toujours. Malgré le poids des années et la fatigue de la scène qu'il arpente depuis ses 18 ans, Brian Setzer reste un guitariste/chanteur charismatique et incontournable dans le petit monde du rock n' roll. Une véritable leçon. Pour cette dernière date à Toulouse, les Stray Cats nous ont offert que du bonheur et des sourires. Et en ce moment, ça fait du bien.
Reste à espérer que la mésaventure du concert parisien de la veille sera vite oublié et n'empêchera pas le Setz' et sa bande de revenir en France dans quelques temps… La fin des Stray Cats ? Qui y croit vraiment ?


Un grand merci à Emilie de Première Pression, Gérard Drouot Productions et tout le staff du Phare.


Set list
Rumble In Brighton
7 Nights To Rock
Double Talking Baby
Something's Wrong With My Radio
Cry Baby
Lust n' Love
Stray Cats Struts
Runaway Boys
Sexy + 17
Gene & Eddie
Gina
Sweet Gene Vincent
Blast Off
Unchained Melody (en français)
Bring It Back Again
Fishnet Stockings
Rock This Town
-------------------------
I Fought The Law
Built For Speed
-------------------------
Rev It Up & Go
Please Don't Touch


Plus d'infos sur: www.straycats.com

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir) - Crédits Photos: Olga

Stray Cats - cliquez pour agrandirStray Cats - cliquez pour agrandirStray Cats - cliquez pour agrandirStray Cats - cliquez pour agrandirStray Cats - cliquez pour agrandir

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail