yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Jeudi 27 avril 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Steve Harris British Lion - Le Metronum à Toulouse (15-07-2014)
avec The Raven Age
par Olga

Le Roi Lion se met au vert… et en famille !

Quand Steve Harris en a marre des grosses tournées aux quatre coins du monde avec Iron Maiden, quand il est fatigué de jouer dans des stades devant des centaines de milliers de personnes, quand il n'en peut plus d'être malade dans le "Ed Force One" parce que Bruce Dickinson pilote comme un manche (aha ! Notez ce jeu de mots subtil) et que Dave Murray l'oblige à picoler du gros rouge qui tâche… et ben Steve Harris se met au vert. Peinard. Tranquillou. Personne pour l'emmerder.
Après voir lu, bien installé dans son jardin, tout Tolstoï, Kant ainsi que les autobiographies de Michel Platini et de Tony Vairelles (il aime le foot), le bassiste se ressource aussi avec ses vieux potes du Steve Harris British Lion avec qui il joue du hard rock à l'ancienne (le premier album "British Lion" est sorti en septembre 2012), et quand l'envie leur prend d'aller faire des concerts (en fonction de l'agenda de ministre du flamboyant quatre-cordiste d'Iron Maiden), ils prennent le camping-car (véridique !) pour aller sillonner les routes de l'Europe. Et ouais, il est comme ça Steve ! A la cool, bien détendu du gland…


Bref en ce joli mois de juillet de Tour de France, le bonhomme s'est pris quelques jours de vacances sans ses acolytes de la Vierge de Fer, pour aller s'en payer une bonne tranche dans les petites salles à tailles humaines avec son Steve Harris British Lion.
Au fil d'une petite dizaine de dates européennes (Royaume-Uni, Belgique, Espagne, Portugal, Espagne…), le groupe a posé ses flat cases (estampillés "Iron Maiden" quand même) en France pour seulement deux dates : Paris et Toulouse.
il n'en fallait pas moins pour que les costauds de SPM Prod accueillent "comme à la maison" ce soir Steve Harris et sa bande dans la nouvelle salle toulousaine du Metronum !

Allez hop ! Tongs aux pieds (sans chaussettes), bermuda à fleurs collés au cul et bob Ricard sur la tête, nous voilà parés pour aller voir le Steve Harris British Lion se la donner devant un parterre de fans (d'Iron Maiden pour la plupart) d'environ trois-cent-cinquante personnes et admirer le boss taquiner la quatre-cordes !


Mais pour l'heure, c'est The Raven Age qui a la lourde tâche d'ouvrir le bal. Avec seulement un EP en poche sorti il y a à peine une petite dizaine de jours, ce jeune groupe anglais a déjà la chance de se payer une tournée européenne en première partie de Steve Harris British Lion avec du gros matos, un tour bus et tout et tout ? Mais comment est-ce possible ?!
Aha ! Vous êtes naïfs ! En fait, The Raven Age c'est le groupe que vient tout juste de monter le jeune gratteux George Harris. George Harris…? Steve Harris ? Vous voyez le point commun ? Et oui c'est un Harris (rien à voir avec le pain de mie, hein ?). The Raven Age n'est autre le groupe de George, l'un des six enfants de Steve Harris, que papa a embarqué dans le camping-car pour sa tournée de juillet ! Bon nous autres, on aurait plutôt préféré voir la plastique de la délicieuse Lauren Harris, la fille aînée de Steve mais bon… on ne peut pas tout avoir dans la vie !


Bref, The Raven Age débarque sur les planches avec "Uprising" premier titre tiré de son EP tout neuf. Ça défouraille. On officie ici dans un metal moderne plutôt bien foutu (la section rythmique est à tomber parterre) mais dès que le chanteur Michael Burrough entre en jeu, là c'est la foire à la saucisse ! En effet, l'homme semble avoir quelques problèmes à se mettre dans le bain et sa voix est complètement à la ramasse : ça chante faux et ça s'égosille à côté de la plaque. On a l'impression d'être devant un groupe de metal comme on en voit partout à la fête de la musique…
Mais qu'à cela ne tienne : le vocaliste rentrera vite dans le set (il est bien secondé par le bassiste Matt Cox sur certains passages) et son chant clair se fera un peu plus puissant et intéressant au fil du show (il y a aura quelques problèmes de justesse ici et là, mais rien de rédhibitoire). Ses défauts techniques – sans doute dus à la jeunesse – seront gommés via une communication de tous les instants et une sympathie bien réelle avec le parterre toulousain.


Derrière, la machine The Raven Age tourne à plein régime et le p'tit George Harris et ses copains nous gratifieront de quelques plans de gratte plutôt bien ciselés au travers de compositions parfois un peu longuettes, mais bien très bien pensées ("Trapped Within The Shadows", "Salem's Fate").
Et contre toute attente, la formation anglaise réussira à se mettre le public du Metronum dans sa poche avec une bonne dose d'énergie et une envie de bien faire plutôt communicative. On sent que le groupe sait qu'il a de la chance d'être là (être le fils de Steve Harris ça peut servir…) et qu'il profite de chaque seconde de cette immense opportunité, à l'image du dernier titre "Angel In Disgrace" puissant à souhait dans lequel les angliches mettent toutes leurs tripes !
En fin de compte, The Raven Age dégage une musique qui manque encore de personnalité mais qui est plutôt bien ficelée. Le quintet possède un sacré potentiel qu'il faudra travailler d'arrache-pied (surtout au niveau du chant) pour pouvoir peut-être marcher un jour dans les traces de papa…
Stay tuned !


Dès l'entrée du Steve Harris British Lion sur scène au son de "This Is My God", c'est Steve Harris qui focalise toutes les attentions avec un jeu de basse costaud à trois doigts – même si on est loin des plans à la Iron Maiden – et une présence scénique hors norme. Le bonhomme est visiblement content d'être là avec ses potes et il va s'en donner à cœur-joie en arpentant la scène dans tous les sens et en haranguant un public déjà acquis tout à sa cause.
Ceci étant, le bassiste tournera souvent le dos à l'audience pour s'en aller jouer du côté de la batterie… un moyen pour lui de laisser un peu de "lumière" aux autres membres du groupe devant les objectifs des photographes et de montrer qu'il n'est "que" le bassiste de Steve Harris British Lion ? Peut-être bien, oui…
Quoiqu'il en soit, les anglais entament leur set sur les chapeaux de roues en enchaînant parfaitement "This Is My God", "Lost Worlds" et "Karma Killer". Les papis ont encore le feu sacré, on ne pouvait rêver meilleure entrée en matière !


On le sait, les critiques de l'album "British Lion" n'ont pas été très tendres avec le chanteur Richard Taylor et sa voix nasillarde voire même plutôt faiblarde. Et ce n'est pas au travers de ce concert que l'avis (trop subjectif ?) du public va changer.
En effet, malgré toute sa bonne volonté et une envie de bien faire, il est clair que le vocaliste manque de coffre ! Il chante juste, il fait le show, il communique bien, mais son chant reste en deçà de la puissance de la musique de Steve Harris British Lion. Qui plus est, la basse de Steve est beaucoup trop mise en avant dans le mix (notamment lorsqu'on se trouve devant la scène) si bien que ça mettra encore plus en exergue le chant un peu faiblard et les difficultés de Taylor à reprendre son souffle, notamment en fin de phrasé vers le milieu du set.
"N'est pas Bruce Dickinson qui veut" entendra-t-on ici et là… Ce n'est pas faux, mais il faut garder à l'esprit que le projet personnel du sieur Harris n'est pas un ersatz d'Iron Maiden, mais seulement un groupe de copains qui font du rock, sans prétention aucune. Laissons donc Steve Harris partager du bon temps avec ses potes… et vice-versa !
Car il faut bien avouer que sur scène, ça s'amuse beaucoup : les deux gratteux David Hawkins et Grahame Leslie rivalisent de grimaces tandis que Simon Dawson à la batterie est assez discret derrière ses fûts mais possède un jeu très propre et très carré ("The Burning", "Father Lucifier"). Seul Richard Taylor garde un sérieux imperturbable, sans doute pour donner le meilleur de lui-même et ne pas donner du grain à moudre à ses détracteurs...


Evidemment, il est indéniable que Steve Harris est au-dessus de ses compères et que c'est lui qui porte le groupe sur ses épaules (et sur son nom). Ainsi, le reste de la bande n'est musicalement pas au niveau du maestro et même s'il ne sert à rien de faire la comparaison entre le talent des musiciens de Steve Harris British Lion et ceux d'Iron Maiden, force est de constater que sans la présence de Steve Harris aux commandes de ce projet, il y a fort à parier que le Steve Harris British Lion ne tournerait que dans son propre pays… ou répèterait encore dans son garage !
Ceci étant, il faut bien avouer que l'énergie des musiciens et le plaisir qu'ils prennent à jouer ensemble sur scène tendent à restreindre le fossé abyssal qui sépare Steve Harris des autres membres du groupe.
En effet, on sent que le mythique bassiste prend son pied en faisant du rock avec ses vieux potes et même s'il est bien conscient des limites techniques de ses acolytes, il s'amuse comme un gamin, le bougre. Un gamin de bientôt soixante ans certes, mais un gamin quand même ! Il n'y a qu'à le voir sourire jusqu'aux oreilles ou se la donner à la basse (quitte à souvent prendre le pas sur les grattes) pour comprendre qu'il aime ce qu'il fait.
Et même s'il est clair que ce projet sonnerait beaucoup mieux avec des musiciens plus aguerris (et un chanteur plus puissant), le Steve Harris British Lion de ce soir suinte la sincérité et le rock à l'huile de coude. Tout n'est pas parfait certes, mais l'envie de bien faire est belle et bien là. Le quintet prend son pied, le public aussi, les fans boys d'Iron Maiden idem (notamment sur le titre "Us Against The World" où on peut entendre des relents de la Vierge de Fer) . Que demande le peuple ? Du champagne, des putes et de la coooooke, pardi !

Après pas loin d'une bonne heure et demie de set endiablé, les anglais termineront sur un "Judas" bien nerveux avant de revenir pour un rappel bien sympatoche au travers de la reprise d'UFO "Let It Roll" et de "Eyes Of The Young" en guise de clôture.
Steve Harris British Lion n'a certes pas cassé des briques au niveau de la technique mais putain, ça c'était du rock quand même !


Après le concert, Steve Harris et compagnie se payeront une bonne grosse séance de dédicace (vous aviez vos disques d'Iron Maiden sur vous, j'espère ?) et prendront même le temps de prendre des photos et de converser avec les fans. Et ouais, il est comme ça Steve ! Sans prise de tête, à la cool, bien détendu du gland…

Un grand merci à toute l'équipe des costauds de SPM Prod et du patron Fred Moocher !
Setlist Steve Harris British Lion

This Is My God
Lost Worlds
Karma Killer
Father Lucifer
The Burning
The Chosen Ones
These Are The Hands
Guineas And Crowns
Last Chance
Us Against The World
A World Without Heaven
Do Ya Do Ya Want Me
Judas
---------------
Let It Roll
Eyes Of The Young

Setlist The Raven Age

Uprising
Eye Among The Blind
The Death March
Trapped Within The Shadows
Missing Captured
Salem's Fate
Angel In Disgrace


Plus d'infos sur: www.steveharrisbritishlion.com

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir) - Crédits Photos: Olga

Steve Harris British Lion - cliquez pour agrandirSteve Harris British Lion - cliquez pour agrandirSteve Harris British Lion - cliquez pour agrandirSteve Harris British Lion - cliquez pour agrandirSteve Harris British Lion - cliquez pour agrandir

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail