yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Jeudi 27 avril 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Eurocks 2004 - Presqu'île de Malsaucy à Belfort (03-07-2004)
avec Korn, Slipknot, Pixies, PJ Harvey, M, Placebo, Dillinger escape plan, Jr Ewing, I am, Seeed, Le peuple de l'herbe, Franz Ferdinand, Belle & Sebastian, !!!, TV On The Radio, The Rapture, ...
par Boo

L'édition 2004 des Eurocks avait cette année un arrière gout de conte de fées: une programmation hallucinante de diversité et de qualité, un temps des plus agréable et plus de 95000 spectateurs sur la presqu’île de Malsaucy pour profiter de ces 60 concerts et de la fabuleuse ambiance des Eurockéennes!

"Pas envie de dormir", tel est l'inscription que l'on trouve sur son bracelet de camping lorsqu'on arrive le premier jour aux eurockéennes, tout commence bien, on est justement pas là pour çà alors on essaye de se reposer un peu quand même pour se préparer à affronter des journées riches en émotions!
Le site est immense et très bien agancé avec bien sûr tous les 10 m des stands de tartiflettes, kebabs, sandwichs et pâtes fraîches mais encore et surtout des réserves d'hectolitres de bière pour rafraîchir tout ce petit monde. Des stands de visionnage de concerts, de coiffure ou encore piercing et tatoos, des espaces de merchandising et des boutiques: en bref de tout pour tous!

Qui dit Eurocks dit rock c'est donc dans cet esprit là que l'on découvre les premiers concerts de la journée sous le chapiteau avec Luke et sa pop rock fortement influencé par noir desir et à la Loggia avec Membrane, Noise Métal de très bonne facture à la Sleepers, premier groupe a participer au tremplin des eurocks cette année.
Puis s'enchaine deux grands moments: le grand retour de No one is innocent sur la grande scène qui prouve qu'ils n'ont rien perdus en ses quelques années d'absence (attitude rock n roll avec cassage de guitare et tout...wouahhh...lol) et enchainent les tubes de leurs anciens albums et du nouveau pour le plaisir du plus grand nombre. Puis on découvre Jr Ewing (le groupe pas le cowboy) à La Loggia, qui nous livrent un pur moment de rock n' roll version hardcore avec une grosse présence scénique. Les pogos sont lancés, les foules commencent à se réveiller, quelques gouttes de pluie n'y changeront rien.

La prog des Eurockéennes est d'un hécléctisme à toute épreuve et ce n'est pas pour nous déplaire bien au contraire, on profitera donc après ses quelques moments de pure rock n' roll du concert des papas du hip hop français, j'ai nommé I am sur la grande scène. Le show est bien rodé, on sent une sacré aisance pour les 3 lascars sur scène. Un court passage au chapiteau (archi comble) pour se dégourdir les jambes et se chauffer avec Franz Ferdinand (si on ferme les yeux on se croirait au concert des beatles par moment ...lol) pour continuer avec le show magique de Monsieur -M- sur la grande scène. Matthieu Chedid nous fais entrer dans son univers comme il sait si bien le faire cependant on le sent moins à l'aise et on l'apprécie moins que dans une petite salle plus intime. Nouvelle tournée avec un visuel toujours aussi surprenant, le rose reigne en maître et une guitare géante en forme de coeur est disposée au fond de la scène et permet l'entrée des artistes! Entourés de certains des meilleurs musiciens français, M nous offrira 1h30 de bonheur condensé.

Après ces moments de magie partagés avec un public des plus ouverts retour à la Loggia pour le concert du leader du groupe Radish, Ben Kweller (bourré pour l'occaz) qui alterne morceaux à la guitare sèche, au piano ou avec son groupe. On le sent vacillant mais c'est ça aussi l'esprit des eurocks! La grande scène a pendant ce temps été investit par les fans de Placebo attendant avec impatience l'arrivée de Brian Molko et sa bande qui nous donneront un concert empli des tubes de leurs 4 albums mais peut-être pas assez communicatif avec le public.

Aux alentours d'1h30, sous le chapiteau enfumé, un Capleton surexcité déverse son reggae/ragga et parvient à conserver un public des plus chauds malgré l'heure tardive et une journée éprouvante. La première journée se termine avec deux découvertes à la Loggia. Tv on the radio et son Electro rock plutot entrainant ponctués de touches expérimentales et horné d'un esprit résolument rock n'roll. Mono quant à eux sont la grosse claque de la fin de soirée avec une musique instrumentale à la Mogwai, très ambiante et assez expérimentale, toute en étant mélodique et émotionelle à souhait et avec des passages noise voir même hardcore. C'est la tête remplie de belles images que l'on tente d'aller se coucher mais c'est sans compter sur la folle ambiance du camping et sa disco nocturne silencieuse (disco-mobile à l'intérieur du camping où tous les participants portent des casques), tant pis on dormira une autre fois!


Belfort, 2ème jour, au réveil le camping est envahi par les "retardataires" (qui ont déjà loupés des concerts de folie), on se motive après une nuit plutot courte pour être sur le site assez tôt. L'après-midi commence au chapiteau avec Elista et sa pop rock mielleuse (trop?) et à la Loggia avec Drey, post rock assez sympa mais un peu trop décalé à mon gout.
A.S Dragon s'installe sur la grande scène, vêtus de blanc et on reste dans la pop avec un mélange de chants anglais et français...la journée commence donc tranquillement. C'est qur la scène de la plage que l'on découvrira la première révélation de ce 2ème jour avec Tim patience watch, jeune groupe suisse qui nous livre une musique à base de pop rock (décidément) mais ils poussent un peu plus loin en y insérant des break beat rappelant les passages groove d'Incubus avec des lignes de basse sautillantes, une guitare jazzy remplie de mélodie et un chant quelque part entre Eminem et Brian molko...que dire de plus ... très bon et original!

On ère le reste de l'après-midi avec Herman Düne ou encore Girls in Hawai au chapiteau avant d'aller découvrir les allemands de Seeed sur la grande scène avec leur reagge/ragga pétillant et très intéressant sous le gros soleil qui persiste depuis le début de la journée pour le plus grand bonheur de tous. Les 3 raggaman nous redonnent la pêche, entre dance hall et gros ragga énervé, ça jump et on en redemande.
En début de soirée on ira au chapiteau voir Buck 65, extra terrestre du hip hop (MC et DJ) entouré pour l'occasion d'un groupe et Shrink Orchestra a la Loggia avec leur mix Electro dub, une bonne mise en bouche qui nous redonne la motiv pour attaquer les concerts du soir.
Et quels concerts!! Mademoiselle PJ Harvey en personne nous offrira un show magique d'1h15, une Polly souriante et blagueuse qui n'hésite pas à arrêter un morceau à cause d'un début raté (ah bon?...), que du bonheur!

On se dirige vers la Loggia pour patienter avant la bande à Franck Black. Et qu'est-ce qu'on prend dans la gueule? Encore une claque! Avec qui? deux gars qui arrivent sur scène avec leur lecteur CD portable, le branche et nous déverse un hip hop en anglais très original: Grand Buffet qu'il s'appelle. 30 min de show uniquement mais fabuleux, ils ont réussi à mettre une ambiance hallucinante dans la loggia! Suivent les AUTOMATO, groupe de hip hop New Yorkais Electro experimentalo rock avec de vrais instruments .... des plus originaux! Encore deux des grosses révélations de la journée avant de voir...enfin...les Pixies, le groupe culte du festival en quelques sortes. C'est vraiment décontractés que l'on retrouve les 4 ... menés par Franck Black et Kim Deal pour un gros concert où toutes les hymnes de la génération Pixies seront reprises! Un concert très sympa dans l'ambiance mais peut etre un peu plat du à l'absence de dialogue avec le public.

Après cette grosse deuxième journée on finira la nuit au chapiteau avec SLUDGEFEAST, groupe de hard rock heavy plutot marrant à regarder (on pense aux poses de Slash des GUNS à la bonne époque), et une dernière claque avant d'aller au lit avec AN ALBATROSS et leur cartoon core, mélange de gros hardcore bourrin et technique et de synthé avec des mélodies cartoon ou des ambiances! Un gros show d'une trentaine de minutes mais il n'en fallait pas une de plus avant le pétage de plomb! Du très bon...et en plus c'est eux qui réouvre le lendemain après midi!!!!! Vivement demain...après une bonne nuit (meuh...arff mal barré)...de sommeil!


A peine levé on décole pour ne pas en louper une miette surtout que ce sont les fameux AN ALBATROSS d'hier soir qui attaque et que c'est le dernier jour (snifff...). On retrouve donc ces jeunes barges aussi en forme que la veille sous un chapiteau rempli de djeuns arborant des t-shirts korn ou slipknot...(et oui on sait qui ils attendent).
On se dirige ensuite vers le villa ge pro pour une conférence de presse avec les DILLINGER ESCAPE PLAN, un des groupes que l'on attend le plus sur ce festival. Là bas on rencontre Ben (guitare), Chris (batterie) et Greg (chant) qui semble plutot timide mais la conférence se déroule plutot bien. Un petit tour au coin presse et vers les loges avant de retourner à la Loggia découvrir Doctor L et son Electro tribal plutot sympa pour un milieu d'après-midi tranquille!

On se dirige ensuite à la plage déjà noir de monde pour voir quelques titres de X-Vision (de loin) apparemment attendus, tête d'affiche Métal oblige...les fans de ce style sont nombreux en cette journée de Dimanche. 3 titres nous suffiront pour voir que X-Vision est là pour envoyer du gros son sans concession avec des influences dans la veine de Slipknot! Aaaaah enfin...Un des moments tant attendu est arrivé, les SVINKELS sur la grande scène des Eurockéennes (incroyable...mais vrai)! Le temps d'attraper une bière au passage (normal pour le SVINK) et c'est parti pour un show plein d'humour et d'alcool à leur habitude, les 3 SVINK sont en forme et étonnés mais très heureux de jouer ici...on les comprends...mais en même temps c'est normal car le SVINK c'est CHIC! Ils finiront dans la fosse comme à leur habitude pour un grand mélange avec le public!

La fin d'aprèm sera plutot calme pour se remettre des émotions et de l'alcool pendant le SVINK. On ira se bouger devant The Cat Empire au chapiteau pour une fusion festive un peu comme les beastie boys qui aurait rencontré manu chao pour faire du sergent garcia, l'ambiance monte avant de rejoindre LUST à la Loggia et se poser devant leur post pop rock et se reposer avant les concerts du soir.

On découvre ensuite Amp Fiddler à la plage, mélange blues rock et Soul, très bon pour profiter du soleil de fin d'après-midi de la plage en sirotant un cocktail (bon faut pas rêver on est à la bière mais c'est déjà ça). Puis le Peuple de l'Herbe investit la grande scène pour déversé sa Dub ambiante electro ragga devant un public qui lui a investi le sol pour profiter au mieux du spectacle.

La tension monte chez les jeunes sur le site car le grand moment pour eux (et en même temps pour nous aussi) est arrivé...le monstre à neuf têtes de l'Iowa va prendre d'assault la scène, tout le monde se rue sur les barrières et attend patiemment que le matériel se monte (c'est l'euforie dès que le moindre élément matériel du groupe entre en scène). 21h30, une chanson acoustique de Slipknot passe sur les enceintes de la scène et on patiente pour voir arrivés les neufs masqués! On a droit à un gros show à l'américaine, les percussionnistes sont déchainés comme à leur habitude et Corey semble très proche de son public (des mercis à n'en plus pouvoir et il galère a parler français)...les morceaux les plus connus des 3 albums y passent. Les pogos sont monstrueux et on voit de nombreux jeunes sortir avec le visage en sang, ça fait peur. Un gros show mais un son assez décevant c'est sur qu'on peut leurt pardonner avec le nombre d'instruments et le style de musique qu'il font, cela ne doit pas être évident à sonoriser. Corey finira le show agenouillé devant le public à le remercier.

Dès la fin de SLIPKNOT on s'empresse de se diriger vers la Loggia afin d'assister au show le plus attendu (bon daccord...pour moi...), celui des DILLINGER ESCAPE PLAN, groupe très connu sur la scène hardcore américaine et petits protégés de Mike Patton. On les avait trouvé timides lors de l'interview l'après-midi, on se demandait ce qui nous attendait pour le live. Les 5 entrent en scène sur une intro samplée et lance un début de morceau calme. La tension monte jusqu'à la première guturale du chanteur et là on croirait une hallucinantion en direct, ces mecs sont fait en caoutchouc ou quoi...ça saute partout, ça se tort dans tous les sens, le guitariste s'éclate entre le public et la scène en essayent de monter sur les barrières....la foule est en délire, tout le monde hallucine, le show est impressionnant! Du début à la fin les DILLINGER parviennent à tenir la masse en haleine et à électriser les esprits, leur musique est émotionnelle et très très technique. On a du mal à croire qu'ils arrivent à jouer aussi bien une musique aussi technique en bougeant autant....une leçon de hardcore....Palme d'or du festival!

Après cette détonation finale dans la Loggia, on retourne devant la grande scène déjà surpeuplée pour la tête d'affiche du festival, j'ai nommé Korn! On sent leur show bien rodé, le jeu de lights est fantastique et pourtant classique, des murs d'ampli sont disposés sur scène et le son est énorme! Tous leurs meilleurs titres sont passés en revus de Blind à Did my Time en passant par Freak on a leash, Here to stay ou Falling away from me!!! Le concert le plus attrayant de la soirée...Korn nous offre ici un pur moment de bonheur!

Et voila les Eurockéennes se terminent par un dernier squatt devant le Jamaican Sound System avec les derniers rescapés du site...avant de rejoindre le camping puis notre chère ville de Toulouse avec pleins de sons dans les oreilles et de belles images dans la tête!! A l'année prochaine les Eurocks!

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir) - Crédits Photos: Boo

Eurocks 2004 - cliquez pour agrandirEurocks 2004 - cliquez pour agrandirEurocks 2004 - cliquez pour agrandirEurocks 2004 - cliquez pour agrandirEurocks 2004 - cliquez pour agrandir

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail