yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Mercredi 20 septembre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

Nosfell 1er album
par Djinax - Boo le 02-02-2005

C'est lors de sa venue au Bijou, salle intimiste toulousaine que l'on a rencontré Nosfell afin de parler de son univers musical et artistique.

Yezzi: D'où vient le nom Nosfell?
Nosfell:
Nosfell c'est mon surnom, c'est l'abréviation de "nostrom fello", nostrom c'est un mot qui veut dire la panacée, c'est un mot qui peut paraître un peu prétentieux mais ce n'est pas le cas (rires) et Jihaoudfell est un vieux nom, un peu comme un nom de famille qui veut dire celui qui marche et qui guérit, mais maintenant ça n'a plus vraiment de sens, un peu comme boulanger par exemple.

Yezzi: Et c'est en quelle langue?
Nosfell:
En Kloklobetz, c'est un language qui vient de Kloklochazia.

Yezzi: D'où vous est venu l'idée d'inventer ce monde?
Nosfell:
Je ne l'ai pas vraiment inventé, je préfère dire qu'il s'agit là d'un endroit plutôt que d'un monde. L'intéret pour moi, était d'essayer de trouver un moyen d'en parler et j'ai choisis spontanément la musique pour en parler, mais cet endroit, ce language, ces histoires existaient déjà avant.
J'ai utilisé la musique pour essayer de structurer mon esprit et mes idées.

Yezzi: C'est un endroit imaginaire ou pas?
Nosfell:
Heu..... vous pouvez appeler ça comme ça si vous voulez....(rires)
J'ai souvent des questions comme ça et j'essaye de les recadrer, de suggérer les choses plutôt que de les compter.
Mon histoire à moi est écrite mais j'essaye d'en faire ressortir les humeurs, plutot que les histoires elles mêmes.

Yezzi: Tu peux nous parler de cette manière aussi bien théatrale que musicale que tu as pour retranscrire cela sur scène?
Nosfell:
Oui j'essaye d'utiliser les planches au maximum, proportionellement à mes capacités (rires).
Au début, je pensais que cette musique était d'abord dédié à la scène, c'est pour ça que l'enregistrement est venu bien plus tard.

Yezzi: Ca fait combien de temps que tu tournes?
Nosfell:
Ca commence à bien tourner depuis 1 an et demie et mieux depuis Juillet.
Et on est en duo avec Pierre Le Bourgeois (violoncelliste) depuis fin Aout.

Yezzi: Vous chantez en anglais et en Kloklobetz mais pourquoi pas en français?
Nosfell:
C'est aussi une histoire de culture musicale et je penses que je ne connais pas bien la musique qui est chantée en français même si je vis ici. Et comme j'ai appris la musique seul en reproduisant ce que j'écoutes, j'ai habitué ma voix a réagir à certaines tonalités et fréquences. L'anglais s'y prête mieux, j'aime bien cette langue.

Yezzi: Es-tu conscient que tu arrives à faire voyager tes spectateurs lors de tes concerts?
Nosfell:
Non je ne m'en rends pas vraiment compte, j'essaye de faire en sorte que ce qui se passe sur scène soit quelquechôse qui soit le plus dynamique possible, que l'on puisse avoir une palette d'interprétations, de sentiments et d'humeurs qui soient le plus large possible de façon à ce que chacun d'entre nous, soit le plus libre possible. C'est vrai que j'ai eu peur au début que ce travail là soit hermétique parce que finallement c'est très égocentrique comme démarche je l'admets, et que les gens ne comprennent pas. Peut-être que je me trompes mais c'est tellement personnel que j'ose espérer que tout le monde se l'approprient. Il y a des gens avec qui ca ne fonctionnent pas mais en fait, c'est plus vers ça que j'ai voulu aller plutot que de présenter un univers structuré. Pour moi, c'est important de proposer quelquechose qui a de la cohésion, des fils rouges, des personnages qui reviennent et ma façon de le partager avec les gens doit être la plus vaporeuse et la plus évocatrice possible.

Yezzi: Commment classerais tu ta musique, s'il le fallait?
Pierre Le Bourgeois:
Heu.....on dirait à la personne de venir (rires). On définit la forme assez aisémment, un duo, en décrivant les instruments, des aspects live et écrits, on est influencés par beaucoup de musiques, anglosaxone et par des écritures plus classiques...on est dans les bacs rocks (rires).

Yezzi: Vous avez été découverts au Printemps de Bourges 2004, racontez nous comment ça c'est passé?
Nosfell:
L'année d'avant on a fait le Chorus des Hauts-de-Seine qui est un bon festival, et ça nous a aidés à nous faire connaître. L'année d'après c'était Bourges, la Fnac nous a découvert et nous a beaucoup aidés pour mettre en avant le cd alors qu'il est autoproduit et autodistribué, et il y a également les magasins Starter qui nous ont aidés.

Yezzi: Justement l'autoproduction et l'autodistribution était voulu à la base?
Pierre Le Bourgeois:
Oui, c'est voulu et en même temps l'autoproduction c'est un choix malgré soi, afin de pouvoir faire ce qu'on veut et surtout au moment où on le veut sans se poser trop de questions.
Nosfell: Oui, c'était la méthode la mieux adaptée et il y avait le fait aussi que nous avions besoin d'enregistrer parce qu'on aime beaucoup ça, même si par rapport à Pierre je suis novice dans cet exercice que je trouve très difficile. On avait vraiment envie de faire ce cd et on a été bien aidés par des amis qui nous ont prêtés du matériel.

Yezzi: Vous avez joué en première partie des Red Hot et des Pixies au Parc des Princes cet été, vos impressions?
Nosfell:
Oui j'étais tout seul, Pierre n'était pas là. C'est vrai que, par principe, je veux faire de mon mieux à chaque concert et là, le Parc, c'était une drôle d'expérience. Ca fait un peu peur quand vous avez 25000 personnes en face de vous qui vous regardent, qui ne vous connaissent pas, vu que j'étais un humble remplacant, qui vous disent en quelques sortes "vas-y joue" (rires).
Mais l'équipe technique était très bien, de gros moyens à dispositions, ça m'a permis de proposer quelque chose de cohérent et ça c'est plutot bien passé.

Yezzi: je pense que vous préférez jouer dans les petites salles, plus intimistes?
Nosfell:
Oui c'est vrai, mais jouer sur des grandes scènes comme ça, c'est une drôle d'opportunité, c'est ennivrant, c'est comme un cadeau. Mais c'est vrai qu'on préfère jouer 3 soirs dans une petite salle que d'en faire une seule grosse par exemple.
Pierre Le Bourgeois: et puis c'est différent parce qu'une petite salle à forcément beaucoup plus d'écoute et ça nous permet d'aller sur des dynamiques plus larges, de jouer avec le public.
Nosfell: Il y a autre chose aussi sur les grandes scènes, c'est qu'en live on travaille beaucoup avec l'auto-sampling, c'est à dire qu'on s'enregistre en direct à la fois le chant, la guitare et le violoncelle, et ce n'est pas évident de le faire comprendre aux spectateurs car ce n'est pas encore très répandu comme sytème, et ils parlent de playback (rires).

Yezzi: Vous avez tourné déjà plusieurs fois au japon, aux états unis et au canada?
Nosfell:
Oui mais ça c'est très modeste, c'est pas des grosses tournées, j'ai des amis là-bas donc je vais les voir et on joue dans les clubs.

Yezzi: Sinon au niveau du retour du public, de l'avis du public, c'est comme en Europe?
Nosfell:
Dans l'ensemble oui, c'est les mêmes sensations et les mêmes choses qui reviennent, que ce soit positif ou négatif mais c'est vrai que c'est à peu près les mêmes choses. Je suis assez content de ça et je pense que c'est pour tout le monde un peu pareil sauf peut-être quand c'est de la musique très typée, par exemple si j'avais fait de la musique franco-française ça aurait été autre chose.

Yezzi: Justement par rapport à ta musique par qui et par quoi as-tu été influencé?
Nosfell:
Par beaucoup de choses, beaucoup de musiques très variées, de la lecture aussi. Beaucoup de choses de la vie, je pense que chaque musicien est toujours influencé par ce qui vient à soi. Ce qui m'influence beaucoup c'est le voyage aussi et bien sur de la musique dite traditionnelle, j'entends par là des musiques qui a la base ont été écrites mais pas dans le but d'être enregistrés. De la musique des pays d'afrique et des d'extrême orient, musique thaï, théâtre indien,.... Bien sur du rock aussi, du folk, des songwriters américains ou anglais, des gens comme Tim Buckley, Neil Young, Fishbone, Metallica,...

Yezzi: Qu'écoutes-tu en ce moment?
Pierre:
T'as acheté ton disque phare!
Nosfell: Ah oui j'ai racheté un disque d'Infectious Groove que j'avais laissé à quelqu'un et qui me la jamais rendu et je suis tombé sur une promotion à 7€30 alors je l'ai racheté (rires). C'est le premier album d'Infectious groove.
Pierre: Moi c'est Mc Cartney, Bowie le dernier qu'il m'a offert, une complète Beach Boys,...
Nosfell: On a été très déçu par le truc de Brian Wilson, le producteur des Beach Boys, c'est des espèces de recherches et c'est pas très cohérent!
Pierre: Voilà nos derniers achats, ce qu'on met dans la voiture sur la route.

Yezzi: Citez moi 3 de vos films préférés?
Pierre:
"Brazil", "Excalibur", et le troisième alors là c'est plus dur....je dirais "Les enfants du paradis"!
Nosfell: Moi "Excalibur" aussi, "Les ailes du désir" et "Bonjour" d'un réalisateur japonais qui a fait des films sur la vie des japonais après la guerre, c'était intéressant au niveau des angles de vue, il filmait à genoux, donc assez intéressant techniquement....et là on a vu "Aviator" récemment et on a trouvé ça super bien.

Yezzi: A quel âge as-tu commencé la musique et le chant?
Nosfell:
Il y a 10 ans environ, j'en ai 26, donc c'est assez tard. Je travaille encore beaucoup, j'en ai besoin. Je n'ai jamais pris de cours de chant, je pense que je devrais le faire pour entretenir et travailler certaines choses qui me gênent un peu. J'ai surtout fait un travail d'introspection, voir comment ça fonctionnait à l'intérieur, c'est bête ce que je vais dire mais j'ai mis du temps à me rendre compte que le chant c'est de l'air qui passe entre deux cordes vocales. Donc essayer de sortir des sons sans se blesser en essayant de maitriser au mieux ce rapport, cet équilibre.

Yezzi: Combien de concerts avez-vous fait?
Nosfell:
En tout je pense une centaine et sous cette forme là juste depuis Août une trentaine.

Yezzi: Pierre, depuis combien de temps joues-tu? Et depuis combien fais-tu de la scène?
Pierre:
J'ai commencé à l'âge de 7 ans donc ça va faire une vingtaine d'année. Sinon la scène ça fait environ 6/7 ans, j'ai travaillé avec plusieurs chanteurs et des groupes. J'ai fait quelques albums. Je suis déjà venu ici avec l'ancien chanteur des VRP il y a 5 ans environ.
Nosfell: Et puis là avec Bertrand Belin...
Pierre: Oui Bertrand Belin qui sort son disque le 14 Février!

Yezzi: Vous considérez-vous expérimental dans la musique?
Nosfell:
Je ne pense pas parce qu'on écoute beaucoup de musiques dite moderne donc je ne pense pas qu'on puisse nous classer comme ça. Mais c'est vrai qu'on recherche des choses. Il y a une recherche mais c'est pas de la recherche.
Pierre: Oui on est pas dans le concept expérimental, définir un concept, l'analyser et écrire un gros bloc bien écrit en 4 lignes, comme ça on sait exactement ce qu'on va faire tous les soirs. On est au contraire plus dans l'expérimentation plutot que dans l'expérimental, on essaie de s'écouter, de voir ce qu'on va créer ce soir tout en ayant une démarche très droite sur les compositions et les arrangements. On veut que le public n'arrive plus à discerner ce qu'il n'y a que pour lui et ce qu'il y a pour tout le monde dans chaque concert. Il y a une base, une répartition entre ce qu'il y aura chaque soir et ce qu'il aura qu'une fois.

Yezzi: On voit bien sur scène l'échange entre vous 2 et même entre vous et l'ingé son.
Nosfell:
Oui c'est important d'être en triangle comme ça pour nous, on essaie d'être réactif. Edouard (ingé son) est autant condidéré comme un musicien, sa présence est primordiale, il crée avec nous.

Yezzi: Combien de temps avez-vous mis pour préparer et roder les morceaux?
Nosfell:
Je peux pas dire combien de temps on a travaillé dessus, je ne sais pas. Tous les soirs on essaie de faire quelque chose de différent. On change la liste tous les soirs et on évolue selon l'humeur des gens. Chez moi c'est très spontané. C'est vrai que c'est parfois difficile de se renouveller mais on espère pouvoir continuer comme ça. Par rapport aux festivals qui arrivent cet été, on appréhende car on va être obligé de se restreindre un peu. L'écoute est plus difficile donc on va essayer de se créer des blocs qui peuvent fonctionner pour voir ce que ça donne.

Yezzi: Toujours tous les deux?
Nosfell:
Oui on ne travaillera plus en groupe pour le moment car ça cadrait beaucoup trop le côté pop des chansons. C'était de la recherche aussi. Il aurait fallu redoubler voir tripler de travail afin de pouvoir créer cet espèce de liberté ou cette façon qu'on a de déstructurer les choses. A 4 ça aurait été beaucoup de travail.

Yezzi: Tu as fait du théâtre, du cirque, de la danse vue ta façon de bouger sur scène?
Nosfell:
Non pas du tout (rires...), non il faudrait que j'en fasse. Je vais voir beaucoup de pièces de théâtres et de danses mais je n'en fais pas. Il faudrait que je prenne des cours.

Yezzi: Ben voilà c'est fini. Merci beaucoup. Et franchement bravo car pour nous vous êtes vraiment des artistes dans tous les sens du terme.
Nosfell:
Merci à vous

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir)

Nosfell 1er album - cliquez pour agrandir


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail