yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Samedi 24 juin 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

La Caution
par Djinax le 21-05-2009

La Caution est un groupe atypique qui fait vraiment du bien au paysage du rap français. Les influences sont nombreuses, la discographie est conséquente et ils ont notamment monté Kerozen music, leur propre label. Entrevue en compagnie de Nikkfurie, HiTekk et Dj Fab.

Vous êtes frères, comment avez-vous commencez dans la musique ? Toujours ensemble ?

Nikkfurie : On a commencé par le rap en 1994-95. On écoutait plein de styles de musique mais le hip-hop était celui dans lequel on se retrouvait le mieux, l’énergie qui s’en dégageait nous correspondait. Du coup, on a commencé à écrire des lyrics car on trouvait fascinant les mecs qui arrivaient à faire des jeux de mots ou de syllabes.


Vous avez beaucoup d’influences. Quelles sont elles?

Nikkfurie : Je dirais qu’il y a des influences directes et indirectes. Directe, ça va être tout ce qu’on aimait assez pour acheter les disques, du hip-hop, de la soul, du funk, de la musique arabe…. Indirecte, ça va être ce que malgré nous, on aimait mais pas assez pour acheter, un peu ce qu’on nous proposait comme ce qui passait au Top 50 à l’époque, comme la new wave qu’on a redécouvert plus tard. C’est ce mélange là qui au final à fait le son La Caution.


C’es toi, Nikkfurie qui fait toutes les instrus, tu bosses sur quoi ?

Nikkfurie : J’ai bossé un peu sur tout, d’un Atari avec Cubase, au système MPC. Maintenant je bosse exclusivement sur Pro Tools. J’ai aussi des expandeurs et j’enregistre de temps en temps quelques instruments.


En live, il y a Dj Fab et Saphir qui vous accompagnent. Ils aident à la composition des morceaux ?

Nikkfurie : A la composition non mais à l’état d’esprit oui. Si tu veux dans La Caution, il n’y a pas de frontière, ça peut s’étendre à Izno au-delà de Saphir et Fab tourne avec nous depuis toujours. On a fait énormément de concerts, ce qui peut rejaillir sur notre manière de voir la musique, ils participent à tout ça. Mais c’est moi qui compose exclusivement, même si Fab a fait pas mal de bonnes prods, pour Hip Hop Résistance notamment. On a un état d’esprit commun qui donne de la lourdeur à ce qu’on fait et ça s’en ressent.


Vous avez sorti en 2005 un double album nommé « Peine de Maures / Arc-en-ciel pour daltoniens » sur votre propre label Kerozen music. Quelle est la signification de ce titre ? Vous vouliez dès le début sortir un double album ?

Nikkfurie : Non, on voulait sortir à la base juste un album qui devait s’appeler « Peine de Maures ». Mais avec le climat de l’époque, le 11 septembre etc… on trouvait judicieux de donner le ressenti que nous avions, Rebeu de France et musulmans de surcroît, de dire ce qu’on pouvait ressentir par rapport à l’arrogance des médias notamment par rapport à une sorte de catégorisation de tout le monde. Mais comme on a un coté fun assez fort dans La Caution, il y avait des titres qui ne pouvaient pas supporter le patronyme « Peine de Maures ». Du coup, on a commencé à avoir de bons titres mais c’était trop connoté donc on a décidé de faire un double album. Donc « Arc-en-ciel pour daltoniens », c’est un peu une métaphore de notre musique. Je pense qu’on doit être un des rares groupes qui fait de la musique pour des gens qui ne leur ressemble par forcément et ça je pense que c’est une force. Du coup, c’est ce qui a donné lieu à ce 2ème album qui est intégré au premier.


Vous avez pris combien de temps pour le faire ? Tout est fait en indépendant ?

Dj Fab : Dans La Caution, on est des gens très rapides, c'est-à-dire que quand on a composé le 2ème album, on avait presque déjà enchaîné avec les Cautionneurs. C’est une question de rapidité et d’efficacité surtout, on ne perd pas de temps. L’album c’est fait rapidement alors qu’il y a beaucoup de morceaux. C’est aussi une question d’industrie, il faut aller très rapidement en ce moment.
Nikkfurie : Je pense qu’en terme d’enregistrement on a pris 2 mois pour le double album. Après, çà c’est étalé sur beaucoup de temps car on est sur notre propre label et qu’il y a des réalités industrielles pour sortir un disque. Tout le processus industriel qu’il y a derrière fait que ces 2 mois ont été dispatchés pour pouvoir bien boucler l’album et savoir comment le défendre, bien préparer la sortie avec de petits moyens comparé aux maisons de disques. Je pense que c’est ce qu’on a réussi à faire, sans gros marketing, la promotion était là, on savait qu’on avait un bon disque et on ne pouvait pas se permettre qu’il passe inaperçu. On a mis toute notre expérience et notre savoir faire là-dedans et on l’a fait tout seul, en indépendant.


Vous êtes un groupe inventif, c’est bien varié à souhait et vos textes sont une chose primordiale. Vous utilisez aussi bien la dérision comme dans « Thé à la menthe » ou une manière plus directe comme dans « Peine de Maures » pour parler du racisme et des banlieues. C’est justement pour mieux faire passer le message.

Nikkfurie : Le ton est très important dans un morceau et nous celui qu’on essaye d’éviter absolument c’est le ton naïf du slogan « c’est pas bien… c’est bien ». Au bout d’un moment, c’est tellement naïf que ça ne s’écoute même plus finalement. Plus personne ne calcule quelqu’un qui dit que la police ou le FN, ce n’est pas bien, ça sonne creux. Nous, on essaye de mettre un ton à un discours qui est ultra classique car on a grandi dans la même banlieue que tout le monde…. La différence ce fait au niveau du ton et de l’écriture, dans l’utilisation des mots au bon moment et au bon endroit . On a la particularité d’utiliser beaucoup l’ironie comme dans « Thé à la menthe » et je pense que ça le fait bien, ça colle bien à nos timbres de voix et à notre musique. C’est comme ça qu’on voyait la chose et je pense que c’est assez cohérent.



Vous avez sorti en 2006 avec les Cautionneurs « Quinte flush royale » Parlez nous de ce projet.


Nikkfurie : Les Cautionneurs, c’est Izno notre petit frère, Saphir, 16S64, HiTekk et moi-même. Ça fait super longtemps qu’on rappe tous ensemble, on est tous du même quartier mais chacun avançait à son rythme en fonction de ce qui se passait dans sa vie. Nous, on tirait plus ou moins la locomotive mais on s’est toujours dit qu’il fallait qu’on fasse un album avec le crew et cet album est cet aboutissement là. Quelque part, on en est hyper content car cela leur a mis le pied à l’étrier dans le sens où ils ont enregistré un album et pleins de gens ont découverts nos 3 acolytes sur ce projet là. Maintenant tous les 3 préparent des choses et le font par eux-mêmes.


Et juste après, vous sortez un album intitulé « La Caution rend visite aux gens et des gens revisitent La Caution », il s'agit d'un album cd/dvd composé de remixes. Quels sont les producteurs qui y ont participés ? C’était pour que les gens vous voient d’une autre manière ?

Nikkfurie : En fait, on a énormément tourné pour le double album, on a fait 120 dates en 2 ans à travers beaucoup de pays et on voulait sortir un dvd. Comme on avait des images, ça nous tenait à cœur de le faire mais on voulait faire un projet exclusivement pour le public de La Caution, le plus restreint possible. On s’est dit, tant qu’à faire, on a des a cappella, il y a des gens qu’on connaît qui peuvent faire des remixes et qui vont donner une nouvelle vibe comme Drixxxé ou Insomniak. L’idée des remixes est venue après l’idée du Dvd, et comme un Dvd, ça peut se retrouver sur des sites internet, on s’est dit que c’était un coffret destiné à célébrer le double album. On a essayé de voir les artistes qui étaient intéressé pour remixer nos titres pour leur offrir une sorte de challenge. Ils s’en sont super bien sortis, un mec comme Radioinactive était super content de le faire. Même le morceau avec Enhancer qui reprend « je te hais » pour en faire une sorte de rock teenager pour prendre le morceau à contre-pied et qui amène un truc sympa. C’était également l’occasion de placer quelques inédits qu’on avait sous la main comme « GPS sur la comète » avec Mai Lan qui est je pense le morceau phare de ce disque.


Quels sont vos projets ?

Nikkfurie : On prépare tranquillement le nouvel album.
Dj Fab : Le prochain album est encore un challenge pour nous, encore une pression d’un autre genre. L’industrie est super bancale donc il faut arriver avec quelque chose qui séduise notre public en premier lieu car on ne va pas s’adapter aux gens, c’est eux qui doivent s’adapter.


Le retour de l’armée des 12 ?

Nikkfurie : A chaque fois qu’on se croise, on en parle mais actuellement chacun est focalisé sur sa carrière avant de faire des choses récréatives. Je pense que ça se fera mais pas tout de suite.


Dj Fab en solo, ça donne quoi ?

Dj Fab : Il y a tellement de choses, j’organise des concerts avec Hip Hop Résistance, ma structure. Je prépare aussi un album avec tous les artistes que j’ai ramené en essayant de surprendre les gens. Prouver par exemple, que La Caution sait rapper sur des autres sons que ceux de Nikkfurie.


Que pensez vous du rap français ?

Dj Fab : Heureusement qu’il y a encore La Caution et des mecs comme Konhdo en ce qui concerne la scène underground française. Le reste, je respecte mais dans l’ensemble je n’aime pas trop. Je trouve que les rappeurs français ont en ce moment perdu le sens du flow, il n’y a plus de rime et de jeux de mots, c’est juste un texte où ils veulent délivrer un message, je le comprends mais je n’apprécie pas. Je reste sur le Master of Ceremony, sur le mec qui fait de la performance sur scène, qui fait un a cappella avec des rimes et qui retombe sur des beats quand il faut. C’est mon avis.
Nikkfurie : Oui je suis assez d’accord avec lui, mais chacun fait son truc, le rap a changé et je ne me retrouve plus trop dans ce milieu.
HiTekk : Le but à chaque album, c’est de sortir une pièce dans la musique, on ne se compare pas et on ne regarde pas vraiment ce qui se fait chez les autres groupes, on fait du son La Caution et c’est tout. C’est là notre challenge, faire toujours mieux. Après « Asphalte Hurlante », vu l’accueil qu’il a eu, il y avait un gros challenge pour « Peine de maures ». Je pense qu’on a rempli cette mission à bien et là pour le prochain album, on ne sait pas quelle gueule il aura exactement, mais c’est clair que ce sera encore autre chose et c’est ça qui est important.


Vous faites partie du collectif Kourtrajmé, parlez nous un peu de tout ça. C’est toi, Hitekk qui a réalise les clips et il y a du beau monde dans « Thé à la menthe », comment se sont passés ses rencontres ?

HiTekk : Oui, là c’est la famille Kourtrajmé, donc les mecs que tu vois dans les clips sont là car il y à la base une affinité artistique. Ce morceau est pour nous familial donc on voulait que l’ambiance y soit, que ce soit bon enfant et délire.


Parlez nous un peu de Kourtrajmé, pour ceux qui ne connaissent pas encore ?

HiTekk : Kourtrajmé, c’est un collectif d’artistes regroupant aussi bien des graffeurs, des réalisateurs, des graphistes, des acteurs, des cascadeurs, des dresseurs de chien… on est nombreux et nous on fait parti du noyau dur de Kourtrajmé. On se rejoint tous artistiquement parlant avec une envie commune de bien avancer et de proposer autre chose que ce qu’on voit.


Chanson qui d’ailleurs apparaît dans le film Ocean 12 ? Comment ça c’est déroulé ?

HiTekk : En fait, Vincent Cassel devait jouer une scène dans le film et il a proposé à Steven Solderbergh, le réalisateur du film, de la jouer en faisant de la capoeira. Pour lui montrer ce que c’était, il lui a passé le Dvd de Kourtrajmé où il y avait de la capoeira et « Thé à la menthe » en bande son. Donc il lui dit ok pour la scène et un jour il appelle Vincent pour lui montrer le résultat. Et ils avaient monté la scène directement avec notre musique. Ce n’est qu’après qu’ils nous ont contacté pour savoir si on acceptait de la mettre dans le film, c’est aussi simple que ça (rires). Le réalisateur a eu un coup de cœur pour la musique et Vincent a été aussi étonné que nous de la voir dans le film.


Vous écoutez quoi en ce moment ?

HiTekk : Le dernier Snoop, ça c’est une découverte (rires)
Nikkfurie : Je n’écoute pas grand chose de nouveau, je n’ai pas trop le temps, à part Burial, un anglais que j’ai découvert et c’est très bien. Sinon je n’écoute principalement que le son sur lequel je travaille.
Dj Fab : Le nouveau Erykah Badu et l’album de Showbiz & AG, c’est une tuerie pour moi, c’est ce que j’appelle du MC et du beau beat bien gras.


Quelles sont les dernières claques que vous avez prises en live ?

Dj Fab : Mos Def, j’ai beaucoup aimé son concept sur scène, sa manière de chanter et il a une voix qui porte bien.
Nikkfurie : Eminem, il y a longtemps, mais c’était hallucinant, c’est le meilleur truc que j’ai vu sur scène. D’un point de vue rapologique, il fait exactement le cd sur scène, à la perfection, c’était vraiment bluffant.

Plus d'infos sur: www.myspace.com/lacaution

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir)

La Caution - cliquez pour agrandirLa Caution - cliquez pour agrandir


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail