yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Vendredi 22 septembre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

Kaophonic tribu
par Djinax - Mafa le 12-03-2005

C’est lors de leur passage à Tournefeuille près de Toulouse que nous avons rencontré Manu de Kaophonic tribu pour découvrir leur Transe Didj’n’Bass Percus, un style bien à eux…

Yezzi : A quelles occasions et pour quelles raisons vous êtes vous rassemblés autour du projet Kaophonic Tribu ?
Manu :
Au départ ce sont des percussionnistes qui tapent ensemble et ils m’appellent assez rapidement, un peu par hasard pour enregistrer des lignes de didjeridoo et puis on fait un truc ensemble. Moi en parallèle, je montais un trio basse batterie, rock électro techno et assez tribale, et la fusion des deux groupes se fait.

Yezzi : Pouvez vous nous faire une rapide description du groupe pour ceux qui ne vous connaissent pas ?
Manu :
Kaophonic Tribu c’est 8 musiciens sur scène, il y a 5 percussionnistes qui utilisent des percussions mandingues de l’Afrique de l’ouest, une batterie aménagée sans grosse caisse avec un batteur qui joue aussi de la flûte, un bassiste qui joue également du jumbe, un chanteur qui fait aussi du gong, et moi j’utilise le didjeridoo avec des effets, la guimbarde et le chant.

Yezzi : Vous vous qualifiez de Transe Didj’n’Bass Percus, expliquez nous cela ?
Manu :
Au début, on nous classifiait dans tous les genres mais ça ne nous ressemblaient pas vraiment, alors on a décidé d’utiliser tous les ingrédients de notre musique. La Transe puisque c’est le thème principal sur lequel on axe notre musique, didj pour didjeridoo bien sur, basse et percus vous savez pourquoi et le petit « n’ » entre le didj et bass c’est pour exprimer le coté électro qui est là par l’utilisation de muti-effets mais pas de machines qui remplace les instruments et les mains et qui peut donner ce coté électrique à notre musique voir électronique, mais il n’y a pas de sample.

Yezzi : On parle pour vous qualifier de techno acoustique ou de tribalisation de la techno…
Manu :
Je pense qu’il faut plus revenir dans la notion de Transe, qui à mon avis est primitive. Nous, on recherche ce coté là, c'est-à-dire la transe qui habitait les premiers hommes autour du feu et qui s’élevaient en claquant des mains devant les flammes, bref des choses simples. On est plus dans l’utilisation d’instruments issus d’autres cultures qui peuvent se rapprocher de la transe, tous ce qui est rythmiques et percussions africaines, le didjeridoo qui véhicule des histoires aborigènes. Alors on va dire transe acoustique parce que c’est le mélange que l’on fait dans notre musique, on a surtout des influences archaïques on va dire, donc africaines et aborigènes et on rajoute par dessus notre sauce européenne. L’important c’est de ne pas copier, de ne pas imiter, c’est de s’enrichir de ces cultures qui nous échappent (parce que le sens profond nous échappent vu qu’on n’est pas né africain….) et par respect pour ses gens là, on préfère détourner et rajouter nos influences .rock, pop, jazz…

Yezzi : Justement quelles sont vos influences ?
Manu :
Les influences sont très diverses, 8 musiciens et 8 courants différents. Des influences tribales c'est-à-dire traditionnelles, des influences très électriques, très rock, très jazz, donc modernes et contemporaines. Je peux vous citer Zappa, SonicYouth, Magma qui revient souvent, c’est tout ce mélange qui est intéressant.

Yezzi : En 2004, vous avez sorti un album live, ça faisait longtemps que vous en rêviez ? Vous considérez vous comme un groupe de live ?
Manu :
Je dirais que l’on est profondément un groupe de live avant toute chose et que tous les morceaux et les albums qui ont été réalisés jusqu’à présent est uniquement une musique crée pour le live. Et c’est ça aussi qui fait que Kaophonic est assez difficile à écouter à la maison, c'est-à-dire que tu ne peux pas cerner et identifier le groupe, puisqu’en live on installe une transe, la transe se veut répétitive, on prend le temps de développer les choses. Donc on a décidé de sortir un live puisque les morceaux avaient considérablement évolués entre le moment où on les a présentés en studio et le moment où on les jouait. Ce live résume bien ce qu’on fait sur scène.

Yezzi : On imagine de nombreux voyages lorsqu’on vous découvre sur scène, autant pas l’énergie et la sagesse qui se dégagent des musiciens, que de part la variété des instruments…pouvez-vous nous en parler ?
Manu :
Le voyage comme la transe est un point de réflexion qui nous intéresse énormément et on aimerait proposer ce voyage pendant 1 ou 1h et demie aux spectateurs pour qu’ils se soulèvent et partent avec nous. On les emmène mais selon ceux qu’ils sont eux, c'est-à-dire que nous sommes des vecteurs et suivant leurs cultures, leurs personnalités, s’ils ont voyagés… vont faire leur propre voyage. Et c’est ça qui nous intéresse dans notre musique, on recherche ça. Et après il y a la rencontre des cultures de différents continents comme les percussions africaines, les aborigènes, les chants chamaniques ou guerriers…c’est le mélange des cultures.

Yezzi : Et toi, tu as voyagé ?
Manu :
Non, très peu, je me suis tellement enfermé dans ma cave pour bosser la musique que quand mes amis me proposaient de partir, je savais que je devais encore travailler pour me permettre de voyager plus tard grâce à la musique, et ça commence à arriver donc c’est cool, on est impatient.

Yezzi : Y a-t-il des textes réellement écrits dans Kaophonic Tribu ?
Manu :
Non ce sont des valeurs symboliques, j’aime bien dire que ce sont des charges émotionnelles et elles prennent un sens seulement avec la musique; si tu ôtes la musique, ça perd son sens parce qu’on utilise un langage imaginaire pour suggérer les choses. Alors on va utiliser des chants tibétains, guerriers, Maoris, tribaux, Lorenzo va chanter des choses qui ressemblent à des incantations, ce sont des indices, des pistes. Avec notre musique il y a suffisamment d’éléments et d’informations pour se nourrir et créer ce voyage.

Yezzi : Votre nouvel album sera différent, parlez nous en ?
Manu :
Oui, actuellement on prépare un album que l’on enregistrera en Juin et qui sortira fin 2005 début 2006, ou là on prend la chose différemment, c'est-à-dire qu’on est en train de composer de la musique faite pour un album que l’on adaptera pour la scène, et je pense que de cette manière les gens s’y retrouveront mieux.

Yezzi : Vous êtes en autoproduction depuis le début, est-ce un choix ?
Manu :
L’autoproduction n’est pas un choix car galérer pendant 5 ans pour obtenir son statut d’intermittent, en faisant 80 concerts par an, rouler en camion pourri….même si maintenant ça va mieux, ce n’est pas facile. Si tu cherches à vivre de la musique, à ne faire que ça, on est un groupe assez atypique, on n’a pas de couplet/refrain à présenter en radio, nos morceaux ne sont pas formatés, à partir de là j’ai envie de dire que l’autoproduction est une fatalité puisque tu ne deviens pas un groupe commercial, ce qui dans un sens nous dérange pas vraiment. Mais c’est vrai que de temps en temps on aimerait bien souffler, de ne pas devoir chercher de l’argent pour payer les affiches ou le crédit du camion par exemple. Mais jusqu'à présent on a tenu bon, ça fait 5 ans qu’on s’est lancé dans cette histoire et je pense que maintenant on va arriver à faire en sorte que les salles de concerts continuent à se remplir d’une manière exponentielle comme ça se fait actuellement et qu’on devienne un groupe de la scène française avec son identité propre.


Yezzi : Combien de concerts avez-vous fait ?
Manu :
Je dirais une moyenne de 70 par an sur 5 ans soit un peu près 350 concerts.

Yezzi : Vous êtes un peu près à la moitié de votre tournée 2005, un petit bilan ?
Manu :
Tous ce passe très bien, le public est au rendez-vous plus encore qu’avant et on est tous exaltés et impatient de composer ce nouvel album pour le porter sur scène au plus vite.

Yezzi : Vous avez des petites anecdotes à nous révéler depuis que vous tournez ?
Manu :
(Après réflexion) Oui, des plans galères de camions qui pètent, par exemple on a traîné un vieux camion pendant 3 ans et demi, on l’a emmené au bout et on faisait tout pour éviter le massif central. Sauf une fois où c’était impossible et ça n’a pas manqué le moteur a explosé. On devait jouer à 00h dans un festival et on est arrivé à 00h. Donc le temps de décharger le camion qu’on nous avaient envoyé (toutes les personnes du festival nous aidaient à porter le matos), et de s’habiller il y avait les Jim Purple Mémorial qui entamaient leur 6ème rappel et ils étaient vraiment heureux de nous voir.

Yezzi : Quels sont vos projets à part l’album ?
Manu :
Il y a l’Europe qui commence à nous ouvrir quelques portes, on aimerait réaliser un clip pour porter un peu notre musique. Mais surtout l’exportation parce qu’on nous dit souvent que notre musique fait voyager et on aimerait beaucoup que cela nous emmène aussi le voyage, et je pense qu’on va y arriver.

Yezzi : Vous écoutez quoi en ce moment ?
Manu :
Pour moi, j’écoute souvent le dernier Sonic Youth, Freedom for King Kong, et je vais citer Jmpz avec qui on joue ce soir.

Yezzi : Merci


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail