yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Lundi 24 juillet 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

Charly Fiasco - Pandit Djadje And His Divine Guy
par Olga le 18-01-2007

Olga nous fait une interview croisée entre 2 goupes de punk, Charly Fiasco de Toulouse et Pandit Djadje And His Divine Guy de Bordeaux à l'occasion de la sortie de leur split cd.

Salut! Ne crois surtout pas que tu vas échapper à la première question de présentation du groupe… Pourquoi ce nom ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Djadje c’est le surnom du chanteur guitariste. Il est féru de l’Inde et avait un cd de musique traditionnelle de ce pays appelé « pandit Djaâdje and his divine flute ».On a changé un mot et le nom du groupe était né ! Le mot « pandit » signifie « disciple » alors que « ravi » veut dire « maître » (exemple connu, celui de Ravi Shankar).

Charly Fiasco : Charly Fiasco, est un obscur personnage… Il est né au fond d’une caravane au moment où les odeurs naturelles de l’été indien font ressortir à merveille celles relatives au corps. Tout petit déjà, Charly Fiasco sentait mauvais. Départ pas terrible dans la vie, des successions d’anecdotes lui donnant en plus une bonne réputation de perdant, le jeune Charly n’a pas souvent réussi dans la vie de tous les jours, ainsi que dans son club de Ping-pong. C’est pour cette raison, qu’il aime être le plus souvent sur la route.

Comment tu définirais votre musique exactement ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Notre musique se veut brut de pomme, sans fioriture. Avec aujourd’hui l’apparition de tous ces groupes « à mèche » qui se disent emo-punk-new school etc, nous avons eu envie de revenir aux sources du punk rock. Notre musique peut dons s’apparenter au punk californien genre années 80 début 90 (Rancid, Operation Ivy, les premiers Nofx mais aussi the Clash,…)

Charly Fiasco : Question toujours délicate, quant il s’agit de se coller des étiquettes. Punk rock, rock’n’roll, hardcore… Légitime Défonce qui aurait couché avec Rancid, Leptik ficus qui tombe amoureux d’Adolescents…Une grosse orgie sexuelle de tous ces groupes qui nous sont chers, le tout dans une marmite de vin rouge.

L'alchimie du groupe semble bien fonctionner. Comment vous êtes vous tous rencontrés ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Bon je vais pas rentrer dans les détails parce que ce serait trop long à expliquer mais on se connaît depuis belle lurette ! Djadje et Rilou (basse) jouaient ensemble dans un groupe de ska punk appelé Simple Sound Ska System, ils sont amis depuis au moins 6 ou 7 ans (à noter que Djadje est sorti avec la sœur de Rilou pendant de nombreuses années !). Moi je les ai connu un peu plus tard, ça doit faire 4 ou 5 ans que nous sommes amis.

Charly Fiasco : Mato et Jules sévissaient à l’époque dans Chicken Loser (www.chickenloser.propagande.org ) tandis que Dick et Romain Boule jouaient dans Mandybowlz & the Turbosuckers (http://mandybowlz.free.fr )… On s’est fait un petit week end concert en commun, et puis ça a bien accroché. Au split des deux groupes, on a décidé de monter un nouveau projet ensemble. On avait tous les quatre, la même soif de bitume, les mêmes envies d’avancer, et la même conception d’un orchestre de rock.

Comment s'est mis en place l'idée de faire un split tous ensemble ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : En fait c’est nos potes des Charly qui ont lancé l’idée et on a tout de suite adhéré ! Ce sont eux qui se sont occupés de trouver le studio et de fixer la date de l’enregistrement.

Charly Fiasco : Avec les Fiasco, on ne voulait pas enregistrer une deuxième démo. L’idée du split nous titillait un peu, jusqu’au concert a Toulouse avec les Pandit Djadje. Les bordelais étaient bien chaud pour enregistré le disque pour démarcher et on a décidé de monter ça tous ensemble. Il y a aussi le fait que Djadje est le colocataire de StOump quand il habite sur Bergerac, et pas mal des morceaux qui sont sur ce disque ont été joués, travaillés en acoustique lors de sympathiques soirées houblonnés

Comment s'est passé l'enregistrement de "Pandit Djadje And His Divine Guy vs Charly Fiasco" ? Combien de temps ça a pris ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : L’enregistrement s’est fait à Montpellier, au studio In the Box avec Monsieur Cédric Castel aux manettes. On était parti sur la base de 4 jours de studio (2 jours Charly, 2 jours Pandit) et au final les toulousains ont eu besoin de 2 jours et demi et nous on a plié ça en 1 jour et demi. L’ambiance était génial, la canicule du mois de juillet nous a bien asséché les gosiers d’où de bonnes soirées arrosées et il y a même eu un concert au Pinte Pub de Montpellier en plein milieu de la session studio !

Charly Fiasco : On est tous parti ensemble 4 jours aux studios In The Box (http://intheboxstudio.free.fr ) à Montpellier chez Mr Cédric Castel. Charly Fiasco est resté beaucoup plus longtemps en studio que Pandit Djadje, parce que le son est beaucoup moins carré…On a fait ça dans une ambiance festive et sérieuse, avec un concert surprise au milieu du week end. Ensuite nous sommes repartis sur Toulouse, où l’on a enregistré les voix dans notre local, avec notre ami Josh, puis on est parti une semaine en tournée, et je suis reparti a Montpellier où Cédric a fait le mixage ainsi que le mastering. Une belle aventure.

Un mot sur cette production très pro ? Qui s'en est chargée ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Cédric Castel a tout géré, de l’enregistrement au mastering ! Il s’y connaît le bougre d’autant que c’est un ancien membre d’un groupe de punk rock (One size fits all RIP) et qu’il a fait la 1ère partie de Nofx ! L’enregistrement des voix s’est fait à Toulouse au local des Charly avec Josh (son projet solo s’appelle « Gentleman »). Quant au financement ben tout est venu de nos propres deniers !

Charly Fiasco : Cédric Castel le magnifique donc, pour ce qui concerne la musique, sans oublier Josh pour les voix, Cha pour la pochette, Dick et Mato pour la logistique et voilà… Très pro, je ne sais pas, mais tout le monde s’est investi dans le projet.

Est-ce qu’à l’avenir vous continuerez en autoprod’ ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : L’autoprod’ nous convient parfaitement. On est libre, on fait ce qu’on veut, quand on veut et vu le résultat final, on verse une petite larme devant un si beau bébé! Pour l’instant on pense donc continuer dans cette voie de l’autoproduction.

Charly Fiasco : L’autoproduction est un excellent moyen pour un groupe de se satisfaire ou non d’un projet, de s’investir à cœur et de n’avoir de compte à rendre à personne. Faire ça en autonomie est une démarche qu’on soutient depuis le début. Maintenant si un label ou une structure indépendante est motivée pour nous filer un coup de main, c’est sur que l’on ne pourra que s’en réjouir…

Tu es totalement satisfait de cette réalisation où tu changerais quelques petits trucs avec du recul ? Quels sont ses points forts et points faibles selon toi ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Je suis très satisfait du travail de Castel ! Le son est bon et l’esprit y est ! Les points forts c’est que c’est du son qui donne envie de bouger et de faire la fête ! Le point faible c’est peut être qu’on a rien inventé de nouveau mais je crois qu’on s’en fout un peu. Le plaisir de jouer du punk rock pour donner le plaisir d’une bonne soirée à ceux qui viennent nous voir !

Charly Fiasco : Evidemment, avec le recul, c’est vrai que tu n’es jamais satisfait d’un disque. Il y a pas mal de gourdes, trop d’approximations, et ce n'est pas les meilleurs morceaux des deux groupes, étant donné que c’est les plus vieux. Mais bon pour un premier disque, on est relativement content. Le fait qu’on est enregistré en prise « live », par manque de temps et d’argent, donne un coté plus péchu et direct, mais on a laissé trop d’imperfections…

On sent que les morceaux ont été taillés pour la scène. Comment avez-vous fait pour retranscrire cette énergie live sur galette ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Perso, Castel m’a dit « frappe comme si t’étais à bloc dans ton garage ou sur une scène ! ». On a enregistré avec le sourire, à fond, motivé et heureux de vivre cette expérience en studio (la 1ère pour moi, mais j’ai que 20 piges en même temps !). On n'a pas vraiment imaginé qu’on était en live, on a juste tout donné pour profiter à fond de l’instant.

Charly Fiasco : Comme je disais précédemment, tous les morceaux ont été enregistré « live », après de là à dire qu’on a retranscris l’énergie live, je ne suis pas sûr. Enfin tu dis ça parce qu’on te paye souvent des coups à l’Autan (bouah les mecs hé !...jamais y payent un coup à boire – ndlr Olga). Donc c’est normal. Mais c’est vrai qu’on redoutait pas mal, le passage en studio, parce que c’est un exercice totalement différent. Et surtout où l’on n'excelle pas vraiment. Cela nous a fait pas mal avancer, dans notre manière de répéter actuellement. Et puis Cédric Castel, a été très indulgent, avec le fait qu’on ne soit pas vraiment musiciens…Il nous a beaucoup apporté.

Le groupe ne s'est formé que récemment. Comment tu vois ce disque par rapport au groupe ? Un aboutissement, une étape…?

Pandit Djadje And His Divine Guy : C’est l’avenir qui le dira ! On ne s’est pas de quoi sera fait demain, Djadje a bientôt fini ses études et il n’est pas impossible qu’il trace la route un de ces jours. Mais on s’est préparé à ça depuis le début, on est un groupe formé sur un coup de tête, qui est vite rentré en studio et notre but c’est de faire le plus de concerts possibles. Si on voit que ça décolle un peu et qu’on a un peu de temps et d’argent, il n’est pas impossible qu’on sorte un vrai cd complet dans pas trop longtemps.

Charly Fiasco : Une première étape, une excuse pour aller jouer plus loin et partir plus longtemps, c’est mieux pour démarcher d’avoir un disque…Maintenant, c’est déjà derrière nous, on prépare la suite…

Peux tu nous en dire un peu plus sur cet artwork ? Qui s'en est chargé ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Cet artwork est magnifique ! C’est une dessinatrice parisienne appelée Cha qui s’en est chargée. On lui a soufflé l'idée de la cour d ‘école et des 2 bandes rivales et elle a fait le reste ! Elle gère trop ! Quant à l’intérieur du livret c’est Mato guitariste des Charly qui s’en est chargé.

Charly Fiasco : C’est Cha, une demoiselle fort sympathique et très talentueuse, qui sur un élan de folie a accepté de faire ça pour nous. On voulait partir sur une idée de dessin, illustrant un peu la bande de sales mômes qu’on était. Charlène a un univers et une personnalité artistique super chouette qui nous a beaucoup marqué, on est très fiers qu’elle ai accepté de nous rendre se service. Elle a d’ailleurs aussi fait la pochette de nos amis de Justin(e) pour leur premier album, elle travaille très bien. Allez donc la féliciter sur son site (www.chabd.com ) et suivre toutes ces aventures sur son blog (http://blog.chabd.com ). Son projet Bd « les Allumeuses » sort bientôt je crois.

T'as des titres préférés dans ce disque ? Pourquoi ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : « Du son et du houblon » me tient à cœur car je l’ai écrite avec Djadje durant une soirée entre nous bien arrosée, et « Together on the fog » me donne bien la pêche ! Mais je les aime toutes, celles des Charly aussi sont bien énormes !

Charly Fiasco : "Together on the fog", "who we are ?!", interlude…Euh je sais pas, c’est pas trop un disque que l’on écoute à la maison, donc je ne saurais te dire…T’es vicieux avec tes questions…Jeune Norris (ah ça pour faire du rock y'a du monde mais dès qu'il faut aligner 3 mots cohérents...hein, pfiou.. plus personne ! – ndlr Olga)

Avez vous eu des échos de cette réalisation ? Sont-ils positifs ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Les gens qui viennent au concert repartent en général avec le smile et apprécie le côté « à fond la caisse » et un poil à l’arrache de nos sets. Quand au cd ils sont scotchés de voir un truc si clean et joli !

Charly Fiasco : Globalement, oui, nous sommes assez contents, le disque tourne à droite à gauche, ça part pas mal sur le stand, et sur le net. Les gens semble apprécier, peut être qu’un jour on arrivera à se le rembourser même…ahah non je plaisante.

Quelles sont vos sources d'inspiration quant à la composition ? On sent que c'est assez décomplexé…

Pandit Djadje And His Divine Guy : On n’a pas vraiment de groupes références en dehors de Rancid, Operation Ivy, Lars Frederiksen and the bastards ou Johnny Cash. On s’inspire de tout, du street punk à la country mélancolique de ce bon vieux Cash. Djadje écoute aussi énormément de groupes des années 60 et 70, des trucs bien barrés mais qui ne se ressentent pas encore dans nos compos.

Charly Fiasco : La vie de tous les jours, une anecdote, un morceau qu’on écoute, quelque chose qui nous fait rire sur le moment…Ecrire en français nous permet d’aborder pas mal de sujet, pour lesquels on n’aurait sûrement pas eu le vocabulaire en Anglais. On prend ça comme un véritable exutoire de composer des morceaux, alors oui heureusement qu’on le prend de manière décomplexée…Ca reste un orchestre de rock qui aime les masques.

Et en ce qui concerne les compos, comment ça se passe ? Tout le monde compose et vous fonctionnez en démocratie pour la direction artistique des morceaux ou il y a un tyran qui dirige tout ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Djadje trouve la ligne mélodique et des fois des paroles, Rilou pond lui même ses lignes de basse, et moi j’écris des paroles, propose quelques arrangements et tape ce que je veux à la batterie. Les chansons sont vraiment construites par nous 3.

Charly Fiasco : Mato arrive souvent avec une musique, puis Romain arrive ensuite avec un texte et on emmène ça en à l’entraînement, pour au final composer à quatre. Ca varie et ça change selon les morceaux mais globalement ça se passe comme ça chez Mr Fiasco. Il n'y a pas de tyrans dans la composition, il y en a bien un dans le groupe, mais il se comporte bien dans ce domaine là… (rires)

Est-ce que les objectifs de compositions que vous vous étiez fixés ont tous été atteints lors de l’enregistrement ou est ce que vous avez du passer à côté de certaines choses pour des raisons diverses ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Sur « Who we are » je joue à peu près 30 bpm moins vite qu’en live car Rilou voulait absolument placer cette ligne de basse (qui claque d’ailleurs !) sinon le rendu correspond parfaitement à ce qu’on voulait en partant en studio.

Charly Fiasco : Ah on est forcément passé à coté de pleins de trucs, par manque de temps certain, et puis parce que cela s’est peut être fait de manière précipitée aussi… Si c’était à refaire, on referait plein de choses !

Avez-vous été approchés par des labels suite à cette réalisation ? Si oui, lesquels ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Non pas pour l’instant ! Mais avis aux amateurs !

Charly Fiasco : Rien de vraiment concret pour l’instant… Après on se sent assez proche de certaines personnes et il y a des gens avec qui on aimerait bien travailler. On en a un peu parlé pour le moment, ensuite on verra en temps voulu…

Qu'attends tu de Pandit Djadje And His Divine Guy/Charly Fiasco à court et long terme ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : A court terme des concerts et du fun et à long terme rien !

Charly Fiasco : De fabuleux moments sur la route, des tournées, des disques, des soirées au bistrot, des journées nus dans des fontaines, une ligne de masque spéciale Charly Fiasco, des blagues douteuses, des roues de camion à changer, des conflits à régler, des débats passionnés, pleins de gens à rencontrer, des kilomètres de bitume, on attend énormément de Charly Fiasco !

Est-ce qu’un album est en cours de préparation ou du moins en cours de réflexion dans un futur assez proche ?

Charly Fiasco : Nous sommes en train de finir de composer le premier album, on bosse bien nos morceaux, on passe pas mal de notre temps dessus à faire des maquettes, puis on compte partira en studio fin 2007 pour mettre tout ça à plat…On a hâte !

Un mot sur FOT ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : J’en profite pour parler de mon autre groupe FOT (www.myspace.com/fothxc ), c’est du bon punk hardcore qui déboîte !

Un autre sur TLP ?

Charly Fiasco : To Loose Punkers est le nom donné à une grosse bande d’amis qui a décidé de remuer un peu la scène punk rock de la ville rose au travers de concerts, organisés dans les bars qu’ils ont l’habitude de fréquenter. TLP rassemble des groupes de rock (OpeNightmare, Dahugarou, Bogart & the Addictives, Saturn, Charly Fiasco) et une association (Earplug), et chaque entité organise des concerts sous l’égide TLP. Ensuite on a notre grand Schtroumpf PierrO’rlando, batteur d'OpeNightmare qui chapeaute le tout, pour que ce joyeux bordel semble cohérent. C’est avant tout une histoire d’amitié. Comme la Team Nowhere, mais sans les papiers officiels, sans les belles gueules, sans les moyens financiers, et sans les groupies pré pubères.

Un concert de Pandit Djadje And His Divine Guy c'est quoi ? C'est comment ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : C’est de l’énergie, de la bonne humeur, c’est une grande fête avec même parfois des musiciens qui ont bien pris l’apéro !

Charly Fiasco : C’est pas seulement du temps passé sur scène, c’est aussi un bon moment passé sur la route, quitte à faire 3 fois le tour du périphérique si on joue chez nous. C’est des blagues pas drôles, des odeurs corporelles, pas mal des pains quand on ne s’est pas assez « entraîné », et un moment convivial j’espère, où tout le monde s’en va en se tenant la main…

En fin de compte, qui c'est le plus fort… Pandit Djadje And His Divine Guy ou Charly Fiasco ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : On est 3, ils sont 4, mais on a des combinaisons spéciales de mouvements ce qui fait qu’on leur met la branlée! Et puis ils ont Romain Boule qui se bat aussi bien qu’un Télétubbies !

Charly Fiasco : Ca dépend sur quel domaine… Avec une mention spéciale pour Charly Fiasco pour la déficience intellectuelle, et une autre « triage de lentilles » pour les Pandit (rires)

Ton meilleur souvenir au sein du groupe ? ...et le pire ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Le meilleur c’est cet enregistrement, cette bonne ambiance qui régnait, c’était l’été, les vacances, la belle vie quoi !

Charly Fiasco : Tous les meilleurs souvenirs sont écrit à cet endroit à www.charlyfiasco.blogspot.com les pires aussi d’ailleurs…Non il y en a tellement et certains ne sont pas vraiment descriptibles par écrit, qu’il faudrait qu’on se pose dans un endroit tamisé pour que l’on te raconte tout ça. Tu fais quoi demain ? (euh...j'ai pistoche avec ma mère ! – ndlr Olga) On voudrait juste remercier et saluer tous les gens qu’on a croisé sur la route, et qui nous ont filé un coup de main, c’est riche humainement cette histoire.

Maintenant je vais te donner des thèmes de combat, et tu dois me dire qui gagnerait selon toi…
Chuck Norris vs Pandit Djadje And His Divine Guy :


Pandit Djadje And His Divine Guy : J'pense qu’il nous pète !

Charly Fiasco : Personne ne battra jamais les Pandit, encore moins l’autre guignol de texan, avec son chapeau

Chuck Norris vs Chaly Fiasco :

Pandit Djadje And His Divine Guy : Il les plie 1 par 1 en W et les range dans la boîte à gants de son pick up de Texas Ranger

Charly Fiasco : Ah alors là, la lutte est trop inégale…Je donne Chuck vainqueur, avec 4 coups de langues sur le périnée contre 2 pour Mr Fiasco

Chuck Norris vs Jacky Chan :

Pandit Djadje And His Divine Guy : Il s’est déjà fait avoir par Bruce Lee, donc je pense qu’il ne laisserait aucune chance à ce bon vieux Jacky

Charly Fiasco : Jacky Chan, le combattant chinois, facile !

Chuck Norris vs Paul Preboist (attention il y a un piège) :

Pandit Djadje And His Divine Guy : Paulo est mort et enterré donc la confrontation s’avère difficile…

Charly Fiasco : Paul Preboist, parce que tu as dit qu’il y avait un piège.

Jean Roucas + Sim vs Anne Roumanoff + Patrick Topaloff :

Pandit Djadje And His Divine Guy : Sim s’il les fait tous fuir de peur !

Charly Fiasco : Sim n’est pas mort ? Topaloff + Anne Roumanoff, c’est un peu ma définition du couple et de l’amour en général. Donc si on pouvait arranger ça avec une fin un peu sexuelle

Un message pour les lecteurs de Yezzi ?

Pandit Djadje And His Divine Guy : Un coucou à tous les lecteurs de ce bon webzine qui permet à des petits groupes comme nous de s’exprimer, et un gros remerciement pour Olga !!

Charly Fiasco : Continuez à lire ce merveilleux webzine quotidiennement (un peu de démagogie), continuer de supporter votre scène locale, continuez à vous bouger sur les concerts, à participer au milieu alternatif, portez des masques et merci d’avoir lu jusqu’au bout.

Merci !

Charly Fiasco : Merci à toi, merci à ton zine, pour l’intérêt que tu nous porte et pour tout ce que tu fais pour la scène locale, c’est grâce à ce genre de médias, qui continuent à relayer d’autres informations sur l’événementiel culturel, que tout ça bouge encore. Merci d’être là. (…toi tu veux encore que je te paye des coups à L'Autan, c'est ça ? – ndlr Olga)


Du son ?
www.myspace.com/charlyfiasco
www.myspace.com/pandit



Plus d'infos sur: www.myspace.com/charlyfiasco

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir)

Charly Fiasco - Pandit Djadje And His Divine Guy - cliquez pour agrandirCharly Fiasco - Pandit Djadje And His Divine Guy - cliquez pour agrandir


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail