yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Mardi 17 octobre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Septicflesh - Le Ramier à Toulouse (23-05-2011)
avec Svart Crown + W.E.B. + Valet Parn
par JL de Metalsickness

Ce lundi 23 Mai marque la fin de la tournée française de Septicflesh après déjà 11 dates en 11 jours (sans compter le Printemps de Bourges fin avril), une performance tellement rare qu'on ne pouvait décemment pas venir encourager cette belle affiche pour sa dernière dans l'hexagone. A plus forte raison lorsqu'on sait que les grecs ont pris dans leurs valises un groupe français en pleine ascension (Svart Crown) ainsi que deux combos compatriotes (W.E.B. et Valet Parn). La jeune structure SPM Prod, pour sa première grosse date, a donc mis les petits plats dans les grands.

Valet Parn entre en scène devant une assistance peu fournie et pas vraiment motivé non plus. Et pour cause, ce qu'il se trame sur scène ne casse pas des briques et ne convaincra pas grand monde à l'instar des autres shows de la tournée. Tout le monde s'accorde à dire que le chanteur est au centre du malaise tant celui-ci annihile le bon travail fournie par les instrumentistes et ce n'est pas moi qui vais affirmer le contraire. En effet, alors que le combo s'emploie à dispenser un metal moderne plutôt intéressant, Steve (puisque c'est son nom) persiste à évoluer dans un registre heavy mélodique franchement désagréable car souvent faux. Autant cette combinaison aurait pu s'avérer intéressante (Kiuas y arrive bien) autant le peu de charisme et de talent du vocaliste gâche vite la fête, d'autant plus que ce dernier s'obstine à solliciter souvent un public qui s'en branle totalement. Ajouté à cela des pauses d'un autre temps que ne renierait pas Sebastian Bach (ex-Skid Row) et vous aurez compris que c'est lorsqu'il a quitté la scène que Valet Parn nous a le plus enthousiasmé.

Le niveau monte d'un ton quand W.E.B. prend le relais. Les grosses voix death sont enfin à l'honneur et ces grecs-là semblent bien plus à leur place sur une telle affiche que leurs compatriotes précédents. Les quelques beats électro qui parsèment leurs morceaux sont une des composantes les plus intéressantes de ce combo, permettant d'insuffler une dynamique certaine à leur set. C'est pourtant à peu près tout ce qu'on retiendra de ce set court mais rondement mené. Non pas que W.E.B. soit mauvais mais sa musique ne révolutionne pas non plus le genre. A écouter sur album pour se faire une véritable opinion toutefois.

Après une nouvelle canette de bière (la pression n'existe pas dans cette salle qui est en fait une boite de nuit) de seconde zone, ce sont les frenchies de Svart Crown qui prennent d'assaut la scène. Et le mot est bien choisi : c'est à une vraie attaque frontale de 45 minutes à laquelle nous allons assister ce soir. Poursuivi par une réputation scénique élogieuse, les niçois vont faire honneur à leur renommée. Le public ne s'y trompe d'ailleurs pas en se rapprochant de la scène et en donnant de la voix nettement plus que pour les deux groupes auxquels Svart Crown succède. Le groupe est remonté comme un coucou suisse et va tout mettre en œuvre pour surchauffer l'assistance qui se présente à lui avec son death metal rageur. Son chanteur/guitariste est à ce titre un véritable atout qui ne s'économise pas pour haranguer un public qui monte en puissance. Svart Crown possède cette énergie sauvage des formations qui ont encore beaucoup à prouver et ce n'est vraiment pas pour nous déplaire. Des titres comme "Orgy And Sodomy" ou "Nahash The Temptator" sont de véritables boucheries taillées pour la scène. Une bien belle prestation donc qui nous encourage à nous pencher plus sérieusement sur ce groupe ô combien prometteur.

La place est chaude pour les héros du soir qui reçoit une ovation digne de son rang. Et pour cause, la doublette envoyée en ouverture de set ("The Vampire From Nazareth" et "Communion") laisse sur le carreau un public regroupé en face d'un Seth charismatique ô possible. Le chanteur/bassiste possède une théâtralité très en accord avec la grandiloquence des arrangements symphoniques du groupe. Certes, son anglais est un peu hésitant lors de ses discours mais son message passe admirablement vu l'enthousiasme des toulousains somme toute assez peu nombreux (environ 300 personnes) mais réellement motivés. Il en faut visiblement plus pour impressionner les deux guitaristes impassibles durant tout le show, se figeant même lorsqu'ils ne jouent pas. Voilà qui rajoute un peu plus à l'aspect théâtral de cette prestation. La setlist reste en tout point identique au reste des concerts de la tournée donc aucune surprise à ce sujet. Le dernier et excellent album des grecs "The Great Mass" est largement représenté avec cinq extraits sur quinze titres joués. Le frontman n'est pas avare en compliment envers le public français qu'il semble apprécier tout particulièrement et ce dernier le lui rend bien en exécutant même un wall of death sur le monstrueux "Persepolis". Une entreprise assez aventureuse vu l'affluence mais qui semble satisfaire un Seth tout sourire qui arrose de bière son batteur avant de l'étreindre pour lui souhaiter son anniversaire. L'authenticité et le plaisir de jouer qui se dégage de ce combo fait plaisir à voir et lorsque Seth nous affirme que la France est leur deuxième pays, on ne soupçonne aucune démagogie. Le coup de grâce est donné par "Five-Pointed Star" qui fait une fois de plus honneur aux orchestrations qu'on aurait aimé un poil plus fortes dans le mix mais c'est là pinailler car le son fût très bon toute la soirée.

Alors que les lumières se sont rallumées et qu'on s'apprête doucement à se rentrer, le public donne de la voix pour que la fête ne s'arrête pas si tôt. Grand bien leur en a fait puisque le quartet refait son apparition à la surprise générale pour nous offrir un vrai rappel (un rappel imprévu, quoi !). Dommage que le groupe n'est pas d'autres morceaux à proposer qu'un déjà joué dans la soirée mais le public n'en a que faire et se contente largement de cette deuxième version du dynamique "Pyramid God" sur lequel il hurle comme un seul homme.

Cette fois c'est bien terminé. Le score est sans appel : Septicflesh a mis tout le monde d'accord ce soir avec une prestation exemplaire comme on aimerait en voir plus souvent. Une vraie leçon de death symphonique. Chapeau bas, messieurs.

Merci à toute l'équipe de SPM Productions pour cette belle affiche.



Setlist Septicflesh

The Vampire From Nazareth
Communion
Chaostar
The Great Mass
The Virtues of the Beast
Unbeliever
Pyramid God
Lovecraft's Death
Oceans of Grey
We The Gods
DNA
Esoptron
Persepolis
----------
Anubis
Five-Pointed Star
----------
Pyramid God

Plus d'infos sur: www.septicflesh.com

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail