yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Samedi 24 juin 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Oxmo Puccino and The Jazzbastards - Jardin des plantes à Montauban (22-07-2007)
avec Jim Murple Memorial + Minimal Orchestra + Alcary Nine
par Djinax

C’est dans le cadre du festival de Jazz de Montauban que l’association les Héritiers du Jazz a organisée cette très belle affiche. Les concerts se déroulent dans le superbe jardin des plantes, bien fleurit à souhait, c’est très plaisant même si on peut regretter le manque d’herbe aux abords de la scène.

Nous arrivons sur les lieux alors que Alcary Nine, le dernier groupe qui s’est rajouté à l’affiche ont déjà commencé. Ils jouent sur la petite scène installée à proximité du bar et qui fait face à la grande, mais c’est très bien pour commencer la soirée et prendre l’apéro. Les Alcary Nine sont un jeune groupe de la région composé de 3 membres, d’un sax, d’une contrebasse et d’un rappeur qui fait également les machines. Ils se qualifient de Hip Hop hybride et ça leur correspond bien puisque les machines sont dans une veine hip hop assez old school, le sax et la contrebasse apportent des sonorités jazz et le mc à des bons textes se rapprochant du slam. Les musiciens ont du talent, c’est plaisant à écouter, je ne regretterais qu’une chose, c’est de ne pas être arrivé à temps pour voir leur show en entier. Alcary Nine est donc un bon groupe à suivre.
Dès que leur set se fini, une personne prend le micro sur la grand scène pour annoncer les groupes qui vont suivre et ainsi rameuter le public parsemé. C’est donc Minimal Orchestra qui débute sur la grande scène, ce groupe toulousain est un trio composé d’un clavier, d’un batteur et d’un bassiste contrebassiste. Ils officient dans une veine electro jazz avec également des touches jungle très bien intégrées. On sent vraiment le trio content d’être là, leur joie se lie sur leur visage, ils ont une belle complicité entre eux, ce qui amène également celle avec le public. Leur présence scénique est également bonne, Tom, le clavier vit vraiment sa musique à fond, ce qui est assez comique par moment tout en restant plaisant. Ils nous jouent des morceaux issus de leur 1er album « You can listen to some tracks on our » sortis en 2006 mais également de leur futur album à venir. Les 3 musiciens on vraiment un très bon niveau, le batteur a beaucoup de groove et de touché, il utilise également de belle manière ses pads pour lancer des samples. Le bassiste contrebassiste est lui aussi très à l’aise, il slap aux moments opportuns, et a également un bon groove. Le clavier lui aussi balance des samples, et alterne aussi bien de jolies mélodies que des nappes sonores bien senties. Là aussi, c’est un jeune groupe mais leur talent commence vraiment à bien faire parler d’eux sur la scène electro jazz française, vous pouvez en jugez sur leur tournée qui les emmènera aux 4 coins de la France et même dans les pays de l’Est, en République Tchèque et en Hongrie. S’ils passent près de chez vous, allez les voir, ils vous feront voyager dans leur univers si particulier.
C’est au tour des Parisiens de Jim Murple Memorial d’enchaîner, je ne connaissais ce groupe que de nom, j’attendais donc ce qu’ils allaient nous réserver. Ils sont donc sept à arriver sur scène, le groupe étant composé d’un sax, d’une trompette, d’une batterie, d’une contrebasse, d’une guitare sèche, d’une électrique et enfin d’une chanteuse. Pour essayer de décrire leur musique, je dirais que c’est un gros mix entre du rhythm’n’blues, du ska, du reggae, et du rocksteady. On sent qu’ils ont beaucoup de concerts dans les pattes car dès le début, leur énergie et leur présence scénique sont bien présentes. Certains morceaux ont une bonne grosse influence rhythm’n’blues américain des années 50, ç’est bien fait et ça passe bien. La chanteuse, très à l’aise sur scène et avec sa voix particulière, chante de temps en temps en français mais c’est l’anglais qui prédomine, ce qui renforce ce coté années 50. Ils nous joueront quelques morceaux issus de leurs 5 premiers albums mais surtout des titres présents sur leur nouvel album nommé « Put things right » qui est sorti le 7 Mai dernier. Ils nous auront fait une belle prestation énergique en jouant une bonne heure.
C’est enfin au tour du grand Oxmo Puccino, il est accompagné pour cette tournée des Jazzbastards, un très bon groupe réputé dans le milieu du jazz. Ils sont là ce soir à Montauban pour nous interpréter leur premier album en commun nommé « Lipopette bar » qui vous l’aurez compris, est issu de la rencontre entre le rap et le jazz. Les Jazzbastards arrivent en premier sur scène pour nous faire une petite intro instrumentale, et rien qu’avec cela, on peut déjà évaluer le très bon niveau des musiciens. Le groupe est composé d’un batteur, d’un contrebassiste, d’un guitariste et d’un clavier, et on les sent de suite dans leur élément. Le grand Ox arrive sur scène tout sourire, habillé en costard, la grande classe et de suite on ressent son énorme charisme. Ils commencent comme sur le cd, par la très belle chanson « Perdre et gagner », qui fait directement son effet sur les spectateurs…et hop un public dans la poche. Oxmo tel un narrateur prend bien le temps entre chaque chanson d’expliquer les sujets, l’histoire du Lipopette bar et de tous les personnages le composant, les différents clients composés de certains mafiosos (Tito) et Youri (la roulette russe), la diva Billie (Où est Billie ? et Conte de féé), Yago le musicien (Au Lipopette bar), le barman… Et grâce à toutes ces explications, on arrive vraiment bien à s’imprégner des textes. Une chose qui permet aussi de bien apprécier les chansons, ce sont les lumières; bien choisies, elles mettent surtout en valeur le superbe décor du jardin des plantes avec ses énormes sapins en fond de scène, c’est tout simplement magnifique.
Les chansons sont vraiment toutes très bien exécutées, ça groove à fond, les zicos prennent vraiment du plaisir à jouer et à être sur scène, ça se sent. Le batteur est vraiment impressionnant, il est à l’aise et à un jeu avec beaucoup de groove, on sent qu’il peut partir au moment où il veut et de la manière dont il le souhaite et il se permet même de temps en temps de faire des backs...Impressionnant je vous dis. Oxmo est ici un peu un chef d’orchestre en interprétant de très belle manière ses textes, on comprend bien toutes les paroles, c’est parfait. Ils exécuteront toutes les chansons de l’album, ce qui fait bien plaisir mais ils ont également repris et arrangés quelques anciens titres d’Oxmo tels que « On danse pas » du « Cactus de Sibérie », ou des vieux titres incontournables comme« J’ai mal au mic » et « Mama Lova ».C’est vraiment bien qu’ils aient intégrées ses chansons au set, car cela ravit tous les fans de la première heure. Après 2 rappels et 1h30 de show, ils finissent par « Nirvana », la dernière chanson de l’album. Elle est magistralement interprétée, on ressent vraiment tout le toucher et la maîtrise des musiciens, cette chanson est toute en montée, ce qui est parfait pour finir le show en apothéose. Vous l’aurez compris Oxmo & The Jazzbastards m’auront mis une bonne grosse claque comme on rêve de s’en prendre plus souvent.


Un gros merci à toute l’équipe du festival de Jazz de Montauban et à l’association les Héritiers du Jazz pour la soirée.


Plus d'infos sur: www.oxmo.net

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir) - Crédits Photos: Boo

Oxmo Puccino and The Jazzbastards - cliquez pour agrandirOxmo Puccino and The Jazzbastards - cliquez pour agrandirOxmo Puccino and The Jazzbastards - cliquez pour agrandirOxmo Puccino and The Jazzbastards - cliquez pour agrandirOxmo Puccino and The Jazzbastards - cliquez pour agrandir

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail