yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Lundi 11 décembre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Live Reports
Lofofora - Salle des fêtes de Ramonville à Ramonville (Toulouse) (27-02-2003)
avec Lofofora + Sha + ?
par Amon 666

C’est le premier compte rendu de concert mais ce n’est pas le premier concert, alors les habitudes et les habitués sont là : on vide des binouzes, on fume naturel, et on se détend en attendant tous avec impatience l’arrivée sur scène de Lofo pour enfin laisser éclater toute l’énergie et la pression du quotidien.
On passe sur la première partie, et on change radicalement de décors : les lumières s’éteignent, la masse est déjà dans la fosse, des sifflets et des hurlements bestiaux se font entendre… et les premières notes du dernier opus « Le fond et la forme » réveillent nos oreilles, notre corps et notre âme. C’est d’enfer, je suis aux anges !
Si mes souvenirs sont bons, « Le fond et la forme », « Série Z » et « No facho » transformé à l’occasion en « No Sarko » composent le trio de départ d’un set déjà noyé dans la sueur et les fumées alentours. L’ambiance est chaude, humide, électrique : chacun fait don de ses organes à la science… du métal, sans aucune retenue, ni demi-mesure : le chaos s’installe !!!
A l’étage, on peut apercevoir une mosaïque de visages, de têtes bougeant en rythme de l’avant vers l’arrière, reflétant parfaitement la folie des énergumènes dans la fosse : c’est le Syndrome Hard Core ? !!!
Reuno, en nous demandant à un moment si ça pousse, voit un OFCI (objet fumant clairement identifié) traverser la salle pour atterrir sur la scène. Il le consume et donne le coup de départ « Weedo » tel une cerise sur le gâteau célébrant la chute enfumée de Babylone…
La symbiose est totale, le mélange des sonorités des 4 opus est tellement limpide et clairvoyant que l’on en reste à la fois ému (!) et surexcité. De « Macho blues » à « Auto-pilote », en passant par « Charisman » (Reuno est assis sur un ampli tel une statue de marbre) et par un medley surprise (« Bon à rien », « justice pour tous », « les meutes »…), une furie hystérique a pris en otage la SDF de Ramonville pour la jouissance de tous et de toutes.
Quant à la palme de la poésie, car il y en avait une, elle revient à un couple qui durant les 4 minutes de « Comme à la guerre » s’est enlacé, embrassé, embrasé, nous rappelant à l’esprit un certain slogan du mouvement hippy : « faites l’amour, pas… »
Le nouveau guitariste nous a gratifié tout au long du set de l’étendue de ses capacités tandis que le slam du nouveau batteur est venu conclure en beauté, dans un délire indescriptible, un concert où on en voulait encore, même après le rappel. Une chose est sûre le nouveau line-up a une âme. Quel bonheur (il n’y a pas d’autre mot) d’avoir vécu ça, mais il y a une fin, alors il faudra attendre avec beaucoup d’impatience un retour dans la Ville Rose (sauf si on peut bouger) pour regoûter à ce nectar mêlant enthousiasme, transgression de l’interdit et communion entre tous les acteurs. En attendant ce jour, à vos skeuds et révisez les classiques…

Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail