yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Lundi 24 juillet 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

Sidilarsen
par Shen2 le 15-10-2008

Les Toulousains de Sidilarsen sont de retour avec "Une nuit pour 7 jours", leur nouvel album.... Nous avons posé quelques questions à Didou, chanteur, pour en savoir un peu plus sur la nouvelle galette.

Vous sortez ce mois-ci « Une nuit pour sept jours » votre 3ème album... Tout d’abord, comment se sent-on quelques jours avant la sortie d’un album qui doit succéder à « Eau », votre 2ème Lp qui fut un joli succès critique et public ? La pression ?

Sincèrement non. On se sent bien, juste impatients. Nous sommes très heureux de présenter ce nouvel album et nous avons donné le maximum pour qu’il véhicule autant, voire davantage d’émotions et d’énergie que nos précédents disques. Bien évidemment nous espérons que ceux qui nous suivent depuis le début y trouveront leur compte.


Comment se sont passés la composition et le travail d'auteur pour l’album ?

La composition s’est faite en parallèle du « Eau tour », dans notre local de répétition essentiellement. Nous avons travaillé tous les 5, mais aussi à 3 ou à 2, afin de varier les méthodes de composition. L’écriture est plus personnelle, Viber et moi avons écrits chez nous dans l’intimité. Nous avons ensuite cherché des correspondances entre nos textes et nos musiques. Nous avons livré une pré-prod assez brute à Guillaume André, le réalisateur de l’album, et nous sommes allé plus loin ensemble dans la composition.


Où et avec qui l’avez-vous enregistré ?

Au Loko Studio en Normandie, en grande partie avec Guillaume André (prises et mix), mais aussi au Black Box Studio avec Fred Norguet et Guillaume André pour les prises batterie. Guillaume a eu un rôle de réalisateur plus que de technicien, même si c’est lui qui a mixé l’album.


Comment s’est passé l’enregistrement ?

Dans une belle ambiance, dans un studio et un cadre magnifique, une ferme aménagée en pleine prairie normande. Les rapports humains étaient au beau fixe, avec une volonté commune de donner le meilleur tout en restant zens et confiants. L’approche de la production de Guillaume nous a touché, il s’est beaucoup impliqué dans les choix artistiques, il s’est intéressé à nous et à notre musique en profondeur.


Que ressort-il sur le plan humain et professionnel de cette nouvelle expérience studio ?

Nous en sortons encore grandis. Je pense que nous nous affirmons de plus en plus à travers notre musique, nous savons mieux désormais où nous voulons aller, ce que nous voulons donner et partager en live. Guillaume nous a aidé à découvrir davantage ce que nous avons en nous.


Sur votre myspace, on peut lire que ce disque “nous emmène vers des esthétiques plus mélodiques”... Pouvez-vous développer ? Sidilarsen se serait-il assagi ?

La mélodie est approfondie sur ce disque, mais notre musique ne s’est pas assagie, loin de là. Si tel était le cas, nous l’assumerions à 100%. Ce n’est pas le cas et nous sommes nous mêmes surpris d’avoir encore autant d’énergie à livrer sur ce 3ème album. Simplement nous cherchons toujours à creuser nos compositions. C’est le premier album auquel Benben (guitariste depuis 2005) participe, il nous a apporté sa touche et nous étions prêts pour ça.


Je n'ai pu écouter que 3 chansons du nouvel album mais je trouve qu'elles sont plus facilement écoutables par le grand public. Je pense donc que les médias et les radios notamment seront sûrement intéressés par cet album. Y a t'il eu une volonté d'élargir votre public et donc votre notoriété ?

Nous voulons toucher le plus de gens possible mais jamais au détriment de notre art. Les titres que tu as entendu ont été composés avec nos tripes et nos cœurs, ces 3 titres ont été choisis par notre label pour démarcher les médias et notamment les radios. Ces morceaux nous représentent, mais ils ne sont pas un résumé du nouvel album. Forcément l’album raconte d’autres histoires, d’autres émotions…


En comparaison avec ses deux prédécesseurs, qu’est-ce qui démarque ce nouvel opus ? Qu’est-ce qui en fait sa personnalité ?

Je pense que cet album est nettement plus homogène que les deux premiers. Nous avons beaucoup travaillé nos chants et nos compos dans ce sens. Nous avons essayé de proposer une musique plus aboutie, plus profonde. Je crois que c’est du Sidilarsen mature avec des clins d’oeil à nos deux premiers albums. Nous avons également ouverts de nouveaux horizons sur certains titres, c’est vital.


Quel est le message d’Une nuit pour sept jour ?

Ce titre vient d’un digicode. Viber a tapé le code 1947 et a pensé : « one, nine, four, seven » se transforme en « one night for seven...days ». C’est la magie d’une soirée de fête qui nous amène un joli titre ! Nous aimons sa sonorité, sa poésie, son allusion à la semaine de la création, le mystère et quelque part l’urgence… Et puis ça nous plait bien de titrer notre album avec une longue phrase pour succéder à « Eau » et « Biotop » !


Question qui est loin d’être un reproche mais qui attend des réponses : Vous reprenez « Breathe » de Prodigy. Cette reprise m’a beaucoup surpris... j’ai apprécié le titre en live, mais je trouve ce choix étonnant pour un album. Prodigy est dans la même veine culturelle que Sidi, et on a le sentiment que vous exécutez ce titre avec votre son mais en restant très (trop ?) fidèle à l’original, ce qui logiquement, réduit votre part d'originalité. Au final, ce qui nous surprend, c’est que vous ne nous surprenez pas. J’ai donc plusieurs questions sur ce sujet :
-Le choix de ce titre était-il judicieux ?


Attention ! Ce titre ne figure pas du tout sur notre album ! Il s’agit d’un petit bonus dévoilé sur le net et destiné à faire patienter notre public.

Pour nous cette reprise est intéressante pour 2 raisons : c’est plus intéressant pour un groupe de métal de reprendre un titre 100% électro plutôt qu’un titre rock. Ensuite, au vu de la quantité astronomique de réactions positives en live comme sur notre myspace, nous sommes confortés dans notre choix. Nous en avons fait une version rock, voire métal avec des sons électro. Nous avons souhaité respecter au maximum l’atmosphère étrange et presque malsaine du titre originel, c’est ce qui a dû te marquer. En revanche, nous avons apporté un grain particulier et des voix différentes, notre version ne suit pas la même construction (notre reprise est beaucoup plus courte et finit sur une progression totalement différente). Nous avons également inclu de nouvelles mélodies dans les sons de machines. En revanche, il est vrai que cette reprise s’intègre bien dans notre set en live parce que nous l’avons transformée à notre image, nous l’avons faite « notre » et c’était voulu.


-Si oui, pourquoi être resté si proche de l’original ?

Réécoute l’original juste avant et tu verras les nombreuses différences, croies-moi ! Notamment mon accent ! lol !


-Enfin, puisque c’est une reprise, n’aurait-il pas mieux valu sortir de votre univers pour montrer une autre facette de Sidi mais également votre ouverture musicale et ce que vous pouvez faire à partir d’une oeuvre que les gens connaissent déjà ?

Notre nouvel album contient de nouveaux univers que tu pourras entendre bientôt, en particulier l’utilisation d’un ensemble de cordes sur « Le Prochain été ». Je pense que nous aurons l’occasion de faire d’autres reprises intéressantes comme celle, par exemple de Jimmy Sommerville, que nous avons jouée lors du festival Toulouse Is Burning. On verra ça plus tard.


Vous sortez l'album chez Hymn/New Track/Anticraft. Qui sont ces structures et comment les avez-vous rencontré ?

Hymn est notre propre structure (asso et producteur du nouvel album), New track est un nouveau label indé très motivé par notre projet. Anticraft est notre distributeur. Nous nous sommes rencontrés après de nombreuses démarches de labels. Nous tenons enfin une équipe de travail qui correspond en tout point à notre éthique et notre vision de la musique.

Après m’être replongé dans tout le parcours Sidi et ré-écouté
chronologiquement cette semaine toutes les empreintes soniques du groupe en ma possession pour faire cette interview (c’est à dire toutes, même si je n’ai pu ré-écouter la démo enregistré en juillet 97 au studio MAG 9 sur 4 pistes (de danse) car je n’ai plus de lecteur K7:)), j’en retiens une chose : l'évolution. A la fois de l’ensemble, mais aussi des individualités, et je pense en particulier à Didou avec un énorme travail sur l'écriture et la façon de se poser sur le son. En 10 ans, qu'est ce qui a été le plus dur dans votre travail personnel de musicien ?


Concernant l’écriture, nous sommes 2 : Viber écrit une part très importante de nos textes, je tiens à le préciser. Nous avons beaucoup travaillé le placement de chaque mot, le flow et le grain des voix pour gagner en maturité de composition. Après, c’est une recherche perpétuelle sur nos capacités enfouies. Le chant est l’expression la plus directe de nos émotions. Il peut dévoiler une puissance et une violence insoupçonnées, mais aussi de grandes fragilités. Le plus difficile est de faire tomber le masque, ne pas rester dans le piège des techniques vocales qui enferment les émotions. Le plus douloureux est d’avancer en faisant tomber ces barrières. C’est ce qui nous intéresse le plus, c’est ce sur quoi j’ai le plus travaillé ces 10 dernières années. Toujours plus de sincérité dans le chant. Et je compte aller plus loin dans ce sens à l’avenir, car je pense qu’il y a beaucoup à appendre et à livrer encore.


Avec du recul, comment voyez-vous les dix années passées de Sidi ? !
Comme une aventure extrêmement compliquée mais tellement passionnante.


Vous imaginiez ce parcours quand vous avez monté le groupe ?

Non, il n’est pas possible d’imaginer tout ce que nous avons traversé ensemble, tant d’épreuves, de joies, de désillusions, de jouissances…


Et dans dix ans, comment voyez-vous Sidi ?

Je pense que nous sommes là pour durer car nous avons beaucoup à dire d’un point de vue artistique et que nous nous entendons bien malgré nos différences. Nous sommes des résistants. Si nous sommes encore là, nous aurons beaucoup évolué, c’est ce que nous souhaitons le plus.


Des projets, d’ici là ?

On va déjà honorer ce nouvel album par une belle tournée, on prépare un nouveau « spectacle » que vous pourrez découvrir en avant première le 15 octobre au Bikini (concert gratuit avec La Phaze, Naïve, Cosmic Connexion et Fryzzzer) et partout en France en 2009. Ensuite, On va également essayer de se développer à l’étranger.


Je sais qu'il y a des sides project dans le groupe notamment avec Fryzzer et Sam, parlez-nous en.

Oui, Samos (batterie) et Fryzzzer (basse) participent au projet Watdafox créé par Cédric d’Undergang, avec Marabou au clavier. Cela leur permet de travailler leur instrument différemment en partageant une musique fun avec des potes. C’est très bénéfique pour eux et Sidilarsen. Fryzzzer mets en place son projet de live d’n’bass, il se produira au Bikini le 15 octobre en after.


Vous écoutez quoi en ce moment?

Pour ma part je réécoute beaucoup Depeche Mode et Noir Désir. Le dernier Ez3kiel, Madcon, NTM et j’attends impatiemment le nouveau Gojira, le nouveau Eminem et le premier album de MOPA. Concernant les autres, je ne peux pas parler à leur place….


Plus d'infos sur: sidilarsen.free.fr

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir)

Sidilarsen - cliquez pour agrandirSidilarsen - cliquez pour agrandir


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail