yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Dimanche 19 novembre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

Freedom For King Kong
par Djinax le 23-05-2006

C’est lors du Summer Festival près d’Albi, que je rencontre Brings le chanteur et Bubu le bassiste de Freedom for King Kong. L’interview se passe dans leur loge juste avant leur concert, et dans une ambiance sympathique et détendue.

Yezzi : Une petite présentation du groupe, d'où vous venez, votre discographie, parlez nous des débuts du groupe…
Bubu :
Alors nous sommes du Morbihan, pays de Lorient, ça fait maintenant 10 ans que nous existons et on a 4 albums au compteur. Le groupe, moi c’est Bubu je suis à la basse, Brings au chant, au piano éléctrique on retrouve Toms, à la batterie Ben et à la guitare Jay. Et pour ceux qui nous supportent sur la route, il y a Dib, au son il y a Toto et aux lumières Jean-Loup. On vient de sortir « Issue de ce corps », et je le recommande à la France entière (rires).

Yezzi : Pourquoi avez-vous choisit ce nom ?
Brings :
Alors là, il y a plusieurs possibilités, un choix quasiment infinie de version, celle qui se rapproche le plus de la vérité, c’est plus ou moins un hasard qui fait bien les choses puisqu’en créant le groupe ont été partis pour faire de la musique hybride et en ayant des préoccupations qui tournent autour du social et de la politique. Il s’est avéré que King Kong est un symbole de marginalité par excellence et il y a un coté qui est facile à dérivé comme Gorille music ou notre phrase qui nous permet de réveillez un peu la foule qui est « Libérez le primate qui est en vous ». C’est donc un hasard, et un peu à cause de la grand-mère de Bubu.
Bubu : Oui, c’est vrai, ma grand-mère qui habite du coté de Nantes, nous a un peu marabouter car elle était en contact depuis longtemps avec King Kong qui n’est pas mort, il faut le savoir, il est toujours emprisonné à Hollywood. Et donc elle m’a dit la musique c’est bien mais il faut aider King Kong (rires)
Brings : Il faut préciser que Peter Jackson est un usurpateur car celui qui meurt est un faux, c’et un cousin à lui, il est bien fait mais c’est pas le vrai, il est toujours vivant (rires).

Yezzi : Quelles sont vos influences?
Brings :
Madonna, Teknotronik, Michel Sardou,
Bubu : Christian Morin avec sa clarinette en si bé mol.
Brings : Oui et puis des petits jeunos qui débutent comme les Rolling Stones, Bad brains, Funkadelic, Dub war et Skindred maintenant. Ah oui, il y avait ce jeune qui était sympa avec ses dreads et qui est mort il n’y a pas longtemps, Bob Marley, on a joué 1 fois ou 2 avec lui (rires).
Bubu : Au début, c’était vraiment un gros brassage de musicalités vraiment différentes avec une base rock.

Yezzi : Parlez nous de votre 4ème album « Issue de ce corps », on sent un virage musical par rapport à « Marche ou rêve », quelque chose de plus uniforme.
Bubu :
Pour nous ce n’est pas un virage musical, on ne s’est jamais mis de barrière. On a pris un an pour le faire, on s’est posé. Si tu parles des morceaux plus cool que sur le précédent, c’est venu comme ça, ce n’était pas une volonté d’élargir notre public ou pour calmer le jeu. C’est vraiment venu comme ça, je pense que cet album là ce rapproche plus de « Citoyens du monde », il n’y a que lors de l’enregistrement qu’on a essayé de donner une homogénéité par rapport au son ou des choses comme ça.

Yezzi : Vous avez fait une reprise sur cet album, de qui est-elle et pourquoi ?
Brings :
Cela faisait quelques années que je les tannais pour faire une reprise de Blondie, j’aime bien ce morceau et c’était manière d’avoir une plage un peu plus récréative, vu qu’on aborde beaucoup de sujets grave. Et puis c’était un pied de nez, on l’a torturé cette reprise, je pense qui si Deborah l’écoute un jour, elle va se dire qu’il y a vraiment des fous sur cette planète. Nous on s’est bien marré à la faire.

Yezzi : Parlez nous des textes, quels sont les sujets ?
Brings :
Les sujets abordés sont multiples, toujours autour de l’humain et son comportement. Moi je ne suis pas trop axé sur l’amour, les petites fleurs, je suis plutôt sur les sujets grinçants ou graves. C’est varié au niveau de l’écriture, aussi bien de manière musicale que dans la manière de le dire, vu que j’ai eu plus de temps je dirais qu’ils sont plus travaillés et plus « poétique » que les précédents.


Yezzi : Si je me souviens bien, il y a une chanson écrite par une personne extérieure, parlez nous en.
Brings :
Oui tout à fait, il y a une chanson écrite par notre copain Olivier Chouanik, qui a écrit « le garçon » qui a donné un morceau assez étrange car c’est une autre manière d’écrire, une autre manière de voir les choses. Tout le monde s’est penché dessus musicalement et on l’a interprété limite chanson rock. C’était une bonne expérience, ça nous a bien plu. Cet album nous a permis de faire des choses en studio car on a bien assimilé la différence entre le studio et la scène on prône l’éclectisme jusqu’au bout et ce serait dommage de s’en priver. On a ouvert le live à des choses plus fine je dirais, moins d’énergie, mais on reste quand même dans le concept de la Gorille music.
Bubu : Je voulais rebondir par rapport au studio, le 4ème album a encore été fait par Ghislain Baran, il s’est vraiment investi dedans et on lui a donner carte blanche artistiquement, et l’album sonne aussi comme ça car il y a sa patte dessus.

Yezzi : La tournée a commencé depuis quelques temps, quelle est la réaction du public pour cet album ?
Bubu :
Déjà pour nous, c’était un réel plaisir de redécouvrir la scène, ça faisait un an qu’on n’avait pas foulé les planches et cette joie est toujours là. Sans nous jeter des fleurs, ça démarre plutôt bien. Avec ce qu’on a voulu faire sur cet album, ça crée des ambiances un peu différentes ce qu’on faisait avant, il y a des moments de pause, plus sensibles.
Brings : On a également bien travaillé au niveau du son et du visuel, bien mettre les lumières en valeur par exemple. On a essayé d’équilibrer le set pour que ce soit une vague, pour que les morceaux différents sont bien amenés et globalement le public nous a dit merci d’avoir ouvert Freedom, ainsi que les textes. Il y a pas mal de gens qui s’attendaient à un « Marche ou rêve » bis, mais non on ne voulait pas ça et rester dans ce créneau alors qu’il a très bien marché. Les gens le trouve très différent surtout à la première écoute mais le gros changement c’est au niveau du mixage, les chants et les claviers ont été mis bien en avant par rapport aux guitares, si vous changez ça je ne pense pas qu’ils auront la même réaction. On est content d’avoir fait ce contre-pied, on ne sait ce que sera le prochain, on verra.


Yezzi : Votre impression sur les décisions politiques prise à l’encontre des intermittents du spectacle ?
Brings :
Nous on ne l’est plus vu qu’on s’est arrêté de tourner pendant un an, mais on tente de le redevenir. On a suivit de loin le débat vu qu’il a été tellement controversé, mais on pense que le statut arrive à son dernier souffle, que ce n’est qu’un moment de survie. Le débat est plus large que ça, c’est qu’elle place laisse t’on à la culture populaire en France? Elle est très restreinte. Quelque part il y a un truc qui ne fonctionne pas, soit c’est des artistes qui vendent beaucoup et qui vivent très bien soit des artistes qui galèrent et il n’y a pas de solution pour eux. Donc où veut on placer la culture populaire en France? Et surtout est ce qu’on veut permettre à des gens qui ne sont pas artiste de vivre sur leurs dos et d’en profiter? Comme des techniciens de la télé qui abusent grave par exemple. Nous on continuera quoiqu’il en soit c’est une passion, s’il faut changer de statut, on changera et on fera le métier différemment.

Yezzi : Quel groupe ou artiste vous as mis une claque sur scène dernièrement?
Bubu :
Moi je pense à La Phaze avec qui on a joué en début d’année, ils sont sympas et il y a une cohérence entre leur discours et leur manière de vivre. Je pense aussi à Absolute qui est un groupe de fusion Parisien et qui est à mon avis le groupe de fusion par excellence et qui mériterait vraiment d’être connu. Il y a aussi un bon groupe de dub du coté de chez nous qui s’appelle le Tcha K fédérateur qui si tout se passe bien, devrait faire parler de lui d’ici peu.
Brings : oui c’est très original comme dub, une manière d’approche différente, avec des sonorités orientales, c’est vraiment chouette. Moi j’attends de voir Dionysos qui passe juste après, vu qu’il parait que c’est énorme sur scène. Il y a pleins de choses qui marche bien en France, c’est une scène très active.

Yezzi : Vous écoutez quoi en ce moment?
Brings :
C’est très varié au niveau du groupe mais moi en ce moment j’écoute beaucoup de hip hop, NERD de Pharrell Williams, Saul Williams, le nouveau Busta Rhymes, de la chanson, du rock, hier on a vu les Malajube du Québec et j’ai trouvé ça très bien, pleins de choses.
Bubu : J’ai découvert un peu sur le tard System of a Down (rires) oui je sais ça fait marrer à chaque fois mais j’ai retrouvé ma jeunesse métal avec ça, le dernier Katerine (, le dernier album des Clarika (d’ailleurs je t’aime, si tu veux te marier avec moi) et je conseille à tout le monde d’écouter du Léo Ferret, ça fait du bien, ça décrasse les oreilles, c’est un grand monsieur et un grand poète.
Brings : Oui on aime beaucoup le dernier album de Philippe Katerine, j’attend qu’une chose c’est de pouvoir le croiser car ça c’est un engagement, c’est faire les choses comme on aime.

Yezzi : Un message à faire passer pour le mot de la fin ?
Brings :
Je te souhaite pleins de bonnes choses pour ton webzine
Bubu : Continuez à aller aux spectacles vivants, c’est la clé de tout et continuez de supportez les groupes, ils en ont vraiment besoin.


Un gros merci à Brings et Bubu pour leur humour et leur gentillesse ainsi qu’a l’organisation du Summer festival.

Plus d'infos sur: www.ffkk.com

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir)

Freedom For King Kong - cliquez pour agrandirFreedom For King Kong - cliquez pour agrandir


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail