yezzi.net - webzine musical et culturel du collectif antistatic - musique - culture - lecture - theatre - chroniques - live reports - interviews - news - concerts - photos - liens - salles

Dimanche 19 novembre 2017

Groupe du moment:
Rag'n'Bone Man
Soul Pop Blues
Rag'n'Bone Man est la révélation du moment avec la sortie de son premier album "Human"
:Site web ici:


Les nouveaux articles de Yezzi
Interviews récentes:
Ugly Kid Joe
Tang
Wonderbar
Therapy?
Le Dead Projet

Chroniques récentes:
Aqme - Dévisager Dieu
Exodus - Blood In Blood Out
Lordi - Scare Force One
Billy Idol - Kings and Queens Of The Underground
Alice Cooper - Raise The Dead - Live From Wacken

Live reports récents:
Saxon - Skid Row
Accept
Steve Harris British Lion
Nine Inch Nails
Suicidal Tendencies - The Inspector Cluzo

Infos
Concerts
Salles de concert


Les Partenaires de Yezzi

MySpace.com
My Space Webzine Yezzi

Voltadikt.com
VOLTADIKT.com - Plateforme de téléchargement pour groupes indépendants & DIY

Première Pression
Premiere Pression - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Popcorn
Popcorn -Magazine mensuel sur les musiques amplifiées - supplément de Flash Hebdo et disponibles dans les shops, music shops, stands concerts,...

Bikini/Bleu Citron
Le Bikini et Bleu Citron - Concerts à Toulouse et en Midi Pyrénées

Jerkov Musiques
Jerkov Musiques - Label - Booking - Promo - Tourneur - Manimal - Agora Fidelio - Psykup - ... - Toulouse

Sidilarsen
Sidilarsen - Boom Boom Metal - Punk Electro Ragga Dance Metal - Toulouse

Tezla Booking Promo
Tezla booking et promo













Yezzi Radio
metal - pop - rock - hardcore - emo - neo - trip hop - hip hop - jazz - electronique - techno - dance - rock n' roll - death - trash - speed - heavy
YEZZI Interviews

Comodor64
par Djinax le 21-09-2007

Les toulousains de Comodor64 sortent un 1er album, Join me here, qui allie subtilement le rock, l'electro, la pop, le trip hop et le metal. Rencontre avec Stef, le guitariste/vocaliste du groupe...

On va commencer par une petite présentation. Quand est né le groupe et quel en est le line-up…. ?
Le projet C64 est né il y a 4 ans. A la base, Kat ne faisait pas parti du groupe et nous avions un chanteur. Il y a 3 ans nous avons enregistré deux EP 4 titres en français dans le studio de Kat. Elle nous a drivé, fait les prises de sons, mixé et a bien aimé notre univers. Elle a intégré Comodor64 et apporté un nouveau souffle qui nous a permis d'évoluer dans notre démarche. Nous avons senti à cette période que le chanteur ne suivait plus et que nous n'étions plus sur les mêmes objectifs de travail. On s'est donc retrouvé tous les 4, Gilles aux machines, Seb à la basse, Kat aux claviers/chant et moi-même, guitare/chant. Quand le chanteur est parti, nous avons jeté tous les vieux morceaux. On a donc vraiment commencé Comodor64 en mars 2005 avec le line up actuel.


Pourquoi ce nom de groupe ?
A cause de l’ordinateur Commodore 64 car j’ai commencé la zik avec ça, c’est un truc de trentenaire, ça correspond à notre génération et il y également le coté electro de l’ordinateur.


Un petit mot sur vos influences qui, ça se sent, sont nombreuses et variées.
On écoute vraiment de tout, et parfois n'importe quoi (rires). Mais en ce qui concerne ce qui rejaillit dans Comodor, je dirais que chacun apporte les enseignements de son école. Alors logiquement, le rock croise le trip-hop, la new wave s'acoquine à l'electro, et le punk baise la pop-anglaise (rires).


Votre 1er album « Join me Here » sort en septembre. Où l’avez-vous enregistré et avec qui ?
On a tout fait nous même dans le studio de Kat. Seb et Kat se sont occupés des prises de son et du mix. Gilles et moi, de notre côté, nous gérions la conception graphique du disque. On s'est quand même adjoint les services de Marc Dubézy de la Cour des Miracles pour le mastering.


Combien de temps avez-vous pris pour la composition et l’enregistrement de l’album?
Impossible à déterminer pour la composition. Pour être clair, nous avons pris notre temps. Nous avons écrit et fait de longues pauses. On a beaucoup laissé mûrir. Avant de faire l'album, nous avions déjà enregistré 8 titres l'année dernière pour avoir une esquisse de "Join me here".
Pour l'enregistrement, je dirais que ça a pris environ 4 mois sur le même principe que la composition. Vu que Kat a un studio, ils nous arrivaient une fois encore de faire de bonnes petites pauses, histoire de reposer les oreilles.


D’où vient le choix du titre de l’album ?
« Join me Here », c’est le bout d’une phrase qui est dans le morceau « Gilda », on a pris ce titre car on trouvait que ça collait bien pour un 1er album vu que c’est un appel au ralliement.


Parlez nous de votre album, je trouve qu’il s’écoute vraiment d’un trait, naturellement. Quelle en est la couleur musicale ?
"Join me here" évoque toutes sortes de couleurs. Je pense que c'est la marque de fabrique du groupe en général et de ce disque en particulier : le mélange des genres. On a fait écouter le disque à quelques-uns de nos amis, et ce qui est drôle, c'est que chacun y voit quelque chose de différent. On nous a parlé de Massive attack, Cure, Girls VS Boys, Kas Produkt, Morcheeba, The Kills... Je trouve que c'est positif.


Quels sont les thèmes abordés ?
Nos chansons évoquent les écorchés vifs, les amoureux, les solitaires, les fils de pute, les égarés, les journalistes de Yezzi, les musiciens de Comodor64... Elles parlent avant tout des hommes, de leurs histoires de vie... Pas de revendications, ni de message politique, mais des histoires simples, quotidiennes, touchantes...


Pourquoi chantez vous toujours en Anglais ? (surtout vu ton accent? (Rires)
Ouais, c'est vrai, j'ai eu du mal à m'y mettre... mais bon, je chante moins que Kat, la douleur ne dure donc pas longtemps pour l'auditeur (rires). Plus sérieusement, les débuts de Comodor étaient de plume française, mais on s'est vite rendu compte que pour jouir pleinement de ce que nous attendions de notre musique, Shakespeare, esthétiquement parlant, correspondait bien mieux que Molière. C'est uniquement une question d'esthétique. Nos influences sont majoritairement anglo-saxonnes et on ne voyait pas comment on aurait pu mettre du français sur le son de Comodor64. On a essayé, mais ça ne le faisait pas aussi bien qu'en anglais. On a donc fais le choix qu'on estimait le plus judicieux. Maintenant, je n'exclus pas un titre dans une autre langue sur un prochain disque, en portugais peut-être... Qui sait ?


Un concert de Comodor64, ça donne quoi ?
Quand on a enregistré la première fois, on a volontairement dissocié le live du disque. En ce qui concerne "Join me here", on voulait quelque chose d'agréable à écouter, sans agressivité mais qui en impose quand même, un truc présent et plaisant pour l'oreille. On a ensuite retravaillé tout ça, avec l'optique de produire un set bien plus énergique et "rentre-dedans" pour les concerts. On a refait les machines, arranger certains titres de manière totalement différente. On a réussi a obtenir ce qu'on souhaitait, à savoir quelque chose de plus rock'n'roll. Ça n'a pas été évident, mais au final on réussi la dissociation dans le but de provoquer diverses sensations chez l'auditeur, à l'emmener sur divers sentiers musicaux.

Qui a fait vos superbes photos de l’album ?
C'est une jeune et talentueuse photographe qui s'appelle Claire Dassouli. Lorsqu'il a fallu concevoir le visuel du disque, on en a parlé à Claire qu'on connaît depuis une bonne quinzaine d'année. Elle avait un truc en tête et m'a demandé de passer pour me présenter le type de photo qu'elle imaginait pour l'album. Quand on a vu sur quoi elle travaillait sur le moment, et le rendu que ça donnait, on a craqué tout de suite. D'ailleurs, je tiens à préciser à tous ceux qui se procureront l'album et qui verront la photo : il n'y a pas une seule retouche avec Photoshop ou quelques logiciels que ce soit. La photo est brut de décoffrage. C'est quand on connaît ce détail qu'on se rend vraiment compte du travail qu'il y a derrière.


Votre label Long Age Prod est tout nouveau. Parlez nous des groupes présents au sein de ce label puis des bonnes idées et actions qu’ils ont pour essayer de se faire connaître (organisation de festival et de concerts, borne pour clé usb…)
Long Age Production, j'aurais presque tendance à dire que c'est une histoire "familiale". C'est une histoire de potes de très longues dates, avec l'envie de faire quelque chose de bien pour les jeunes talents (ou les moins jeunes). Ce qui est agréable avec les têtes pensantes de ce label, c'est qu'ils sont toujours là pour toi. Je peux appeler un soir à minuit pour demander à ce que le lendemain matin quelqu'un aille faire une course pour le groupe, il n'y a jamais de problèmes si c'est pour le groupe. Car si c'est moi qui demande à ce qu'on me ramène de la litière pour chat ou de la lessive, je pense que ça ne marchera pas... (rires). Sinon, je crois qu'à l'heure actuelle il y a 8 groupes : Mudy (post rock - www.myspace.com/mudytheband ), Kat Cross (trip-hop -
(www.myspace.com/myspacekatcross), ericnemo (chanson rock - www.ericnemo.com), Pollen (www.myspace.com/lamusiquedepollen), Unbranched (www.myspace.com/unbranched ), Hubert Pôl (www.myspace.com/hubertpol ), Molly (www.myspace.com/mollyonline ) et nous. Le label organise des concerts comme le festival des Sales Tympans chaque année à Longages(31) , ou une place est faite aux groupes du label afin de les faire connaître aux côtés de groupes plus médiatiques. Lors de ce genre de prestation, le label a eu la bonne idée d'installer une borne pour clé usb pour que les spectateurs puissent télécharger gratos 2 titres de chaque groupe de Long Age. Bref, ça se bouge...


J'ai entendu dire que Comodor64 avez un contrat à part chez Long Age prod. On peut en savoir plus ?
Nous avons tout simplement envie de faire les choses d'une façon qui nous est propre et qui, en effet, ne correspond pas forcément à ce que les autres formations peuvent attendre d'un label. Quand on me demande si on aimerait vivre de notre musique, je répond que si j'avais le choix, je préfèrerait garder le boulot que j'ai aujourd'hui, et que j'adore, et proposer la gratuité pour tout ce qui attrait à Comodor. Je veux dire par là, que notre principale motivation avec le groupe, c'est d'offrir de la musique. Le côté pécunier là dedans me casse passablement les couilles. Bernstein disait "la musique ne se vend pas, elle se partage". C'est exactement comme ça que je vois la chose. Après, certes, des gens vivent de ça. Mais pour des artistes comme nous, qui avons une source de revenus parallèle, le but du jeu n'est pas de s'en foutre plein les poches. Maintenant, si on nous propose de faire des bons concerts grassement payés, je te rassure on accepte ! C'est pas parce qu'on courre pas après les tunes, qu'on ne les prends pas quand on nous les file (rires). Mais tout lâcher pour la musique, c'est non. J'aime trop ça et si je ne fais que ça, je mets ma passion et mon amour pour cet art en danger. Ça, c'est hors de question. Ceci étant, les autres membres de Comodor comprennent mon point de vue, mais n'ont peut être pas cette radicalité. Faudrait leur demander !


Tu parles de gratuité, mais concrètement ?
Pour te donner des exemples concrets : nous jouons au Paradisio le 29 septembre pour la sortie de l’album. L'entrée est à 10 euros. Ce prix, fixé par la salle, couvre tous les frais nécessaires à la bonne tenue de la soirée (transport des groupes, bouffe, couchage, techniciens etc...). C'est comme ça, on n’a pas le choix et c'est tout à fait normal. Comodor n'a pas son mot à dire à ce sujet. En revanche, on estime que si quelqu'un paye 10 euros pour venir nous voir, le moins qu'on puisse faire, c'est d’offrir l'album ce soir-là à tous ceux qui auront fait le déplacement. L'idée sera certainement mise en place à chacun de nos concerts propres, pas quand on fait une première partie dans une grosse salle ou quand on joue dans un festival, évidemment. On préfère diffuser notre musique largement, quitte à ne pas toucher de tunes là dessus, plutôt que de ramener des clopinettes avec 15 mecs qui auront acheté le disque au tarif plein.


Mais si on veut acheter le CD, ailleurs qu'en concert ?
Ça tu pourras toujours le faire c'est clair. Soit sur les sites, soit les Myspaces de Comodor64 ou de Long Age. Maintenant, il a fallu négocier avec le label. Nous voulions vendre l'album 5 euros, afin qu'il soit accessible au plus grand nombre, même pour ceux qui n'ont pas grand chose. Maintenant, tu te doutes bien qu'on a du faire face à nos amis de Long Age qui nous ont expliqué que c'est à perte de faire un plan comme ça. On nous a aussi dit que ça décrédibilisait le disque en lui même car dans la tête des gens, 5 euros l'album, c'est les promos Leclerc pourries que tu trouves dans des gros bacs en vrac. Long Age aurait bien vu 10 euros, alors du coup, on y a réfléchi et finalement on a accepté de mettre le CD à 10 euros en insistant sur le fait que l'acheteur ne doit pas payer plus que ça, ce qui implique que le port est à notre charge. Une chose est sûre, ce n’est pas avec nous que le label va s'enrichir :)


Vous refusez pas mal de dates, parait-il...
Oui et non. Nous avons des conditions très strictes au sujet des concerts. On a tous entre 15 et 20 ans de scènes, de café-concerts, de tournées... derrière nous. Aujourd'hui, on se rapproche plus ou moins de la quarantaine, et on est entré dans une phase ou le but n'est plus de faire un maximum de concerts avec n'importe qui, n'importe où, et dans n'importe quelles conditions. Alors, c'est vrai que s'il n'y a pas de structures adaptées (lights et sons), une organisation qui connaît son boulot, ou si on a le moindre doute sur le bon déroulement d'un événement, on le refusera. Alors attention, ne nous méprenons pas : on ne joue pas les stars, on ne dénigre pas les bars-concerts qu'on a fait durant toutes ces années etc... C'est juste que, comme je te le disais tout à l'heure, on n'envisage plus la musique que comme un plaisir entier. Si c'est pour passer un mauvais moment, je préfère rester avec Melvil (NDR : www.myspace.com/mistermelvil ), mon gamin, à jouer à la play, au foot, aller au cinoche ou à un concert... Et puis, on a plus l'énergie et l'envie de jouer sans sono, ni lights, dans un bar. Je me suis régalé des années à faire ça, mais aujourd'hui, je n'en retire plus la même satisfaction. Au final, on fait moins de concerts, mais on est à chaque fois dans une dynamique de plaisir, de jubilation et je pense très sincèrement que le public le ressent. En clair, on préfère avoir un orgasme de temps en temps plutôt que de se branler tous les soirs :)


Je sais que certains membres ont d’autres groupes ou des sides projects, éclaire nous un peu là dessus.
Commençons par Kat : elle n'a qu'un seul side project, c'est elle en solo. Elle prépare actuellement sont 2ème album. Mais elle a un passé monumental et a joué avec de très nombreuses formations. Soit pour du live, soit en tant que musicien additionnel sur album. Même Tricky est fan de la miss, ça claque non ? Puisqu’une de ses chansons apparaît sur la compilation « Back to mine » mixé par Tricky. Gilles est sans nul doute le plus prolifique à ce niveaux là, puisqu'il fait parti de 4 groupes soit à la basse, soit aux machines : Comodor64, Mudy, Tanuki Project et Kat Cross. Seb et moi, on travaille sur un projet studio très rock/metal. Seb à également sorti quelques démos drum'n'bass qui déchirent bien. Et enfin pour finir, je fais des voix pour Stef Augier des Commandos Percus, sur un projet qui serait un croisement entre Primus et Tomahawk.


Pensez vous que le fait d’avoir plus d’handicapés que de valides dans le groupe est vraiment un bon concept pour percer ?
Pour percer à la Cotorep, ça peut le faire (rires)/ En fait, à part pour Kat ou son fauteuil évoque immédiatement l'handicap, pour Gilles (situs inversus) et moi (paraplégie cérébrale), c'est interne, donc ça ne se voit pas. Il n'y a que seb qui semble normalement constitué, même si j'ai quand même des doutes, vu le degré de conneries du bonhomme (rires). On rigole beaucoup avec nos handicaps, ça reste quand même très private joke. Il nous arrive régulièrement de vanner Kat et c'est là qu'on voit la force et le mental de la personne. Kat est une meuf vraiment géniale qui sait faire la part des choses et qui rigole de nos vannes pourries sur ce thème délicat. Il nous est arrivé de la chambrer en présence d'autres groupes dans des loges, lors de festivals par exemple, et très franchement, ça ne passe pas partout. Mais on s'en fout, ça passe avec elle, c'est le principal. Si ça n'était pas passé avec elle, on n’aurait jamais osé continuer. Mais c'est une nana trop intelligente pour ça. Et puis, faut pas croire, elle ne nous rate pas elle aussi !


Par rapport à votre bio, les guitares sont apparemment cannibales, c’est intéressant ça, c’est aussi un concept ? Et en live, ça donne quoi ?
C'est surtout pour l'image, la représentation du côté tranchant dans la viande fraîche. Ce n'est pas un concept, c'est juste que quand j'écris mes parties, je le fais sans réfléchir : on lance le morceau, je prends une gratte et j'y vais direct, sans cogiter. A l'inverse de mes précédents groupes, où c'était plus élaboré techniquement, le travail de la 6 cordes chez Comodor64 doit être brut de décoffrage, simple et efficace. Cette vision très simpliste donne un côté rock'n'roll, voire primitif au niveau du son, alors que derrière, les machines, la basse et le clavier sont d'une grande finesse, avec une large palette de couleur.


Si vous deviez prendre 3 albums sur une île déserte, ce serait quoi ?
Arf, la question fatale. C'est impossible à dire. Maintenant je peux te citer quelques albums qui sont pour ma part parfait de bout en bout: Led Zep (III), Hendrix (Electric Ladyland), Higelin (Champagne pour tous le monde), Shai no Shai (Human Condition), A Perfect Circle (Thirteen Step), RATM (éponyme), Jeff Buckley (Grace), Coltrane (A love supreme)... et quelques centaines d'autres. T'as qu’à en choisir trois.


Par mail :
Seb :
Jimi Hendrix (Live in Winterland), Bjork (Post) et Primus (Frizzle fry)... Euh non : Radiohead (Kid A), DJ Krush (Strictly Turntablized), Girls VS Boys (House of GVSB)... Euh non Tool (Undertow), Melvins (Stag), PJ Harvey (Is this desire) et Monk Canatella.... Euh non... Et merde !
Kat : Sur une île déserte, y'a pas d'électricité, alors je me contenterais du ciel, des oiseaux et de la mer.


Tu écoutes quoi en ce moment ?
Personnellement je suis en ce moment sur Wolfmother, Nonpoint, Peeping Tom, Tool, Archive, le dernier Lofo qui sort en octobre je crois... ouais je sais je suis privilégié (rires)... J'ai également ressorti quelques vieux albums que j'écoutait y'a une dizaine d'années comme Dubwar, Shai No Shai, Unkle, Girls Against Boys et je me mets régulièrement quelques disques de chevet comme Led Zep, Hendrix, Stranglers, RATM...


Quel(s) groupe(s) vous a vraiment mis une claque sur scène ?
Récemment ? Je dirais sans hésiter Nosfell. Bon concept, musique excellente, son d'enfer et visuel à tomber par terre. Un pur moment de bonheur. Kat et Seb te diront Bjork fin août aux Arènes de Nîmes, quant à Gilles, aucune idée. Il est à Montreal en ce moment, alors à mon avis, il ne va pas se priver pour aller voir du lourd :)


Vous avez quelques anecdotes à nous donner, ou alors votre meilleur et pire souvenir avec ce groupe ?
Pire souvenir : Pour ma part, je dirais la série noire de Seb qui se pète les côtes et qui nous oblige à annuler plusieurs dates. Ainsi que son insolation lors du festival Sales tympans de Longages en juin dernier et qui monte sur scène avec 39 de fièvre. En fait, c'est son pire souvenir, parce que nous, ça baignait (rires). Pour le coup, ce jour là, il y avait 4 handicapés on stage. Le meilleur souvenir : il y en a beaucoup... je pense que chaque moment passé avec les 3 autres C64, chaque concert, chaque kilomètres dans le van, c'est du bon souvenir... Je n'en vois pas un meilleur qu'un autre. Je pense toutefois que le 29 septembre, ça devrait être quelque chose d'énorme. En plus, mon fils va venir me voir pour la première fois, alors ça compte !

Que pense tu de la scène toulousaine ?
Je pense qu’elle est comme à Lyon, Paris ou Bordeaux, beaucoup de musiciens, beaucoup de groupes, beaucoup de talents et beaucoup de merdes.

Un ptit mot à rajouter avant de finir ?
Allez écouter quelques titres sur notre Myspace. Les interviews ont pour but de faire découvrir ou d'apprendre à mieux connaître les groupes, alors maintenant que vous avez lu jusque-là, ce serait dommage de ne pas savoir de quoi il retourne, non ?


Plus d'infos sur: www.myspace.com/thecomodor64

Photos (Cliquez dessus pour les agrandir)

Comodor64 - cliquez pour agrandirComodor64 - cliquez pour agrandir


Yezzi.net - Qui sommes nous? - E-mail